Kerr Barlow, Messam, Fekitoa, ces All Blacks qu'on ne voit jamais 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Best of Nouvelle Zélande
Par Thomas Audebert|Ecrit pour TF1|2015-10-21T16:45:30.244Z, mis à jour 2015-10-21T16:45:30.244Z

Parmi les stars des All Blacks, il y a également quelques inconnus, qui ne jouent (presque) pas. Présentation de ces joueurs de l'ombre appelés pour faire le nombre.

Ma'a Nonu, Richie McCaw, Brodie Retallick ou Dan Carter, les stars de l'équipe de Nouvelle Zélande sont nombreuses et leurs noms sont connus des amateurs de rugby. Leurs remplaçants, en revanche, sont assez peu connus. Depuis le début de la compétition Steve Hansen, le sélectionneur de la Nouvelle Zélande, fait assez peu tourner son équipe dans la compétition. On s'intéresse aujourd'hui à ces All Blacks de l'ombre, qui le sont pour différentes raisons.

Retour sur la performance de la Nouvelle Zélande contre la France



Malakai Fekitoa, Barlow, Taylor, présents pour apprendre

La jeunesse triomphante des All Blacks, à laquelle on pourrait ajouter Waisake Naholo. Ces trois joueurs sont jeunes (moins de 25 ans) et disputent logiquement leur première Coupe du monde. Ils jouent également à des postes occupés par de vrais patrons. Le centre Fekitoa doit passer devant Ma'a Nonu et Conrad Smith deux joueurs majeurs des Blacks, des meneurs de la ligne arrière. Fekitoa n'est arrivé chez les Blacks qu'en 2014, et n'a qu'une dizaine de sélections. Titulaire contre la Namibie et entré face à la Georgie il a disputé 108 minutes dans cette compétition. Nonu et Smith rejoindront le Top 14, à l'issue de la compétition, Fekitoa a un boulevard pour prendre la place de Centre chez les Blacks.

Le même constat s'impose pour Codie Taylor. Le talonneur n'a disputé qu'une seule rencontre contre la Namibie, mais dans son intégralité soit 80 minutes. Lui aussi doit être patient. Dane Coles, le titulaire du poste est dans la force de l'âge (29 ans) et s'est montré très solide lors des quatre autres matchs. 65 minutes disputées en moyenne et une énorme activité. Il a même été choisi dans l'équipe type des quarts de finale après sa performance face aux Bleus. S'il ne termine pas tous les matchs, Steve Hansen préfère utiliser le vétéran Keven Mealamu plutôt que le bizuth Taylor.

Tawera Kerr Barlow, lui est dans une position similaire à celle de Mealamu. Il n'a jamais été titulaire pendant la compétition, il n'a joué que 70 minutes mais répartis sur 4 rencontres. C'est le remplaçant attitré d'Aaron Smith, le titulaire au poste de demi de mêlée. Agé de seulement 25 ans, il doit encore progresser.

Revoir le deux essais de Kerr Barlow face à la France en quart de finale: 




Messam, Slade, seulement des deuxième choix

Colin Slade n'a qu'un défaut. Il joue demi d'ouverture. Soit au même poste que Dan Carter, le meilleur marqueur de l'histoire de ce sport. Peut-être même le meilleur joueur de l'histoire. Slade a pourtant connu la lumière en 2011, lorsque Carter s'est blessé pendant la Coupe du monde à domicile. Pourtant, lui même se blesse dans la foulée et voit depuis les tribunes les Blacks remporter la Coupe du monde. Depuis, Slade grandit dans l'ombre d'un Carter qui ne cesse d'impressionner. Pour cette Coupe du monde, il n'a disputé que le match contre la Namibie a un curieux poste d'arrière : 51 minutes disputées seulement. 

Et pour terminer le joueur le moins utilisé de tout le groupe black : Liam Messam. Lui aussi a la malchance de jouer à un poste où les concurrents sont bien meilleurs, la troisième ligne. Lorsqu'on joue avec Richie McCaw, Kieran Read ou Jerome Kaino, il ne reste que des miettes pour la concurrence. Les places de remplaçants appartiennent à Victor Vito et Sam Cane plus jeunes que Messam qui a déjà 31 ans. Il n'aura joué que 16 minutes en fin de rencontre contre les Tonga, et ne devrait à priori plus fouler les pelouses britanniques. Reste la chance de disputer une Coupe du monde, c'est toujours ça de pris.