Et si l'Argentine avait fait la plus forte impression du Mondial ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Loris BELIN|Ecrit pour TF1|2015-10-11T11:00:33.137Z, mis à jour 2015-10-11T11:49:11.278Z

Alors que Français et Irlandais veulent à tout prix gagner cet après-midi pour éviter les Blacks en quart, on semble oublier que l’Argentine fait elle aussi une belle Coupe du Monde. Et si les Pumas étaient bien plus forts qu’on ne le pense ?

L’Argentine est une nation toujours redoutée par les plus grandes équipes de la planète rugby mais elle est rarement citée parmi les favoris quand cela compte vraiment. Pourtant, l’équipe sud-américaine est une des grandes confirmations de cette phase de poules. On vous explique pourquoi les Pumas sont parmi les meilleures équipes de cette Coupe du Monde.


Une impression de force tranquille 

Les argentins semblent maîtres de leur force depuis le début de la compétition. Pas toujours réguliers dans leurs rencontres, ils sont en revanche implacables quand ils décident de passer à la vitesse supérieure. Contre les Tonga, ils sont ainsi menés après avoir concédé le premier essai dès la septième minute. Pas de problème : deux essais coup sur coup à la 20ème et 22ème les remettent en selle. Accrochés par les Géorgiens en première mi-temps ? Il suffit d’une reprise tambour battant avec un carton jaune provoqué et de deux essais pour plier la rencontre à la 50ème minute (de 14-9 à 28-9). L’Argentine paraît dans ses temps forts irrésistibles et surtout sans réel point faible. Les avants sont solides, les arrières créatifs.


La maîtrise s’est associée au spectacle

Le show a toujours fait partie de l’ADN des Pumas, avec des joueurs habiles en main et virevoltants dans les défenses à l’image de Juan Martin Hernandez. Séduisants dans le jeu, les hommes de Daniel Hourcade savent désormais conclure. Contre la Géorgie, ils inscrivent trois essais dans les dix dernières minutes pour engranger des points marqués. C’est pour valider le bonus et enfoncer le clou qu’ils rééditent ces trois essais en fin de match, cette fois contre les Tonga. Ils n’ont finalement plié que contre la Nouvelle-Zélande et ses remplaçants dans la dernière demi-heure, sans jamais paraître en perdition. 


 Les Pumas n’ont jamais été aussi proches des grands 

Cette défaite contre les Blacks est bien le signe d’une équipe confiante et en progression constante. Lors de leur dernière confrontation, les néo-zélandais l’avaient emportés de 21 points (39-18), marquant cinq essais. Ils n’ont cette fois eu le droit qu’à deux passages dans l’en-but. Si l’on regarde les performances des équipes considérées contre les favoris contre ces mêmes All-Blacks, l’Afrique du Sud avait perdu de 7 points, l’Australie de 8 lors du Four-Nations. Avec son revers de dix points, l’Argentine est dans le même ordre de performances. Depuis le début de la compétition, les Néo-zélandais n’ont pas été plus écrasants contre les adversaires du groupe D que les Argentins. Les Pumas peuvent même encore terminer avec une meilleure différence de points avec un carton contre la Namibie aujourd’hui.


Un mélange de générations 

La Coupe du Monde 2015 était l’objectif, l’échéance numéro un pour la sélection argentine. Cette année, le groupe argentin est un savant mélange de cadres rompus au très haut niveau (Hernandez et Fernandez Lobbe 33 ans, Leguizamon 32 ans) et d’une nouvelle génération très prometteuse. Le XV de départ contre la Namibie est le plus jeune aligné en Coupe du Monde depuis 16 ans avec à peine plus de 26 ans d’âge moyen. Les nouveaux visages des Pumas se nomment Cordero (21 ans) et déjà trois essais dans cette compétition, ou Petti, titulaire à tout juste 20 ans. Avec des leaders comme la pépite du Racing Imhoff (trois essais lui aussi) ou Nicolas Sanchez, excellent ouvreur, l’Argentine a de quoi faire trembler plus d’une équipe. Celui qui l’affrontera en quart de finale doit d’ores et déjà s’attendre à faire tomber une des grosses têtes de la compétition.