Dans l'actualité récente

Coupe du monde: merci l'Argentine ! 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Rugby - Coupe du monde 2015 - Les hymnes - Argentine - Australie
Par Nicolas SBARRA|Ecrit pour TF1|2015-10-26T20:48:22.566Z, mis à jour 2015-10-26T20:48:22.566Z

Les Argentins ont offert un visage rafraichissant dans cette Coupe du Monde, malgré leur défaite en demi-finale contre les Australiens. Ils sont déterminés à poursuivre dans la même direction, celle de la générosité et du jeu débridé.

L’Argentine a rendu les armes ce dimanche, à l’issue d’une demi-finale intense, d’une magnifique bataille face à l’Australie (15-29). Les Pumas ont perdu avec les honneurs, n’ont pas de regrets à avoir et n’en ont pas affiché. A l’image de leur sélectionneur Daniel Hourcade, ils sont prêts à "mourir" avec leurs idées. « Si je pouvais le refaire je rejouerais exactement comme ça, a-t-il déclaré après la rencontre, car c'est à ce rugby que l'on croit. Le jeu est celui que l'on voulait pratiquer et on va continuer, car on n'a aucun doute sur le fait que c'est le bon. »

Hourcade n’est pas le seul à croire en ce projet de jeu. Le plus bel hommage est venu de leur bourreau, Michael Cheika. Le sélectionneur australien n’a pas hésité à dire qu’il est « fan de ce que font les Argentins, la façon dont ils jouent, dont ils nous challengent ». L’équipe d’Argentine a beau avoir une partie de joueurs amateurs, elle ne compte pas se contenter du minimum, jouer petit bras. Les Sud-Américains ont constamment cherché à envoyer du jeu, aux quatre coins du terrain. Que ce soit aux abords de la ligne adverse, au milieu du terrain ou dans leurs 22 mètres.

Des joueurs et un sélectionneur à fleur de peau

Ces initiatives représentent un des éléments qui a causé leur perte, notamment avec l’interception amenant le premier essai australien, dès la deuxième minute. Mais par le contenu de leur rencontre, et même de leurs rencontres avec les précédentes performances livrées dans la compétition, les Argentins ont rappelé que « le rugby est véritablement un jeu », comme l’a noté Pierre Berbizier. Les Pumas sont sortis cabossés et complètement vidés après le match, mais une chose est sûre, ils ont pris beaucoup de plaisir. Les spectateurs et téléspectateurs aussi.

Les initiatives de trois-quarts talentueux, les percées avec la volonté d’éviter l’adversaire plutôt que de le percuter, les passes dans la défense, des actions qui avaient de jouer ravir et faire apprécier le rugby. Cela n’a pas été le cas de toutes les sélections dans cette Coupe du Monde. Et les Argentins n’ont pas pour autant oublié d’y mettre un engagement total, une incroyable générosité. « J'ai vu un dévouement total de l'équipe, ils n'ont pas abandonné de la première à la dernière minute », a relevé Daniel Hourcade.

Les Pumas ont apporté un certain vent de fraîcheur. Il a été renforcé par une dimension exceptionnelle incomparable. L’image de ces nombreux joueurs aux yeux humides durant l’hymne avant la rencontre était très touchante. Celle du sélectionneur qui a fondu en larmes dès le coup de sifflet final, pas moins. S’ils ont encore une petite finale à jouer, c’est ce qui restera de cette équipe.