Et si Mitchell coiffait Habana et Lomu au poteau ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Mitchell essai Australie Uruguay
Par Nicolas SBARRA|Ecrit pour TF1|2015-10-20T15:00:22.178Z, mis à jour 2015-10-20T15:00:22.178Z

Depuis quelques jours, Bryan Habana détient avec Jonah Lomuh le record du nombre d’essais marqués en Coupe du Monde (15). Mais Drew Mitchell n’est revenu qu’à une unité du Sud-Africain et du Néo-Zélandais après les quarts de finale. Et l’Australie est toujours en lice.

Le 7 octobre dernier, après le match contre les Etats-Unis, Bryan Habana est devenu la star de cette Coupe du Monde. Le Springbok a égalé la légende Jonah Lomu et son record de 15 essais inscrits en carrière dans la compétition. Ce dimanche, on a en revanche beaucoup moins parlé de la performance de Drew Mitchell contre l’Ecosse, en quart de finale. L’Australien pourrait pourtant voler la vedette à son coéquipier de Toulon. Avec 14 essais marqués, il a doublé Doug Howlett (13) et n’est qu’à une unité du record. Pour l’instant.

Retrouvez le grand format en vidéo d'Australie-Ecosse

Depuis ses participations aux Coupes du Monde 1995 et 1999, Jonah Lomu est une idole pour beaucoup. Un jeu vidéo à son effigie a même été lancé en 1997, Jonah Lomu Rugby. Si Drew Mitchell peut prendre le contrôle du All Black avec une manette de console, ce qu’il voulait absolument faire avec son compatriote Matt Giteau durant la phase de poules, il pourrait surtout le dépasser dans les livres de records le week-end prochain. L’ailier a beau dire qu’il « y a des choses beaucoup plus importantes que l'on doit accomplir en tant qu'équipe avec une grande finalité », il ne se privera pas d’accomplir cet exploit individuel.

Un meilleur rendement qu’Habana

Jonah Lomu peut se targuer d’avoir accompli son record en deux Coupes du monde seulement, alors que Mitchell et Habana participent à leur troisième. Mais le ratio d’essais par match de l’Australien se rapproche vraiment de celui du Néo-Zélandais. Les 14 essais de Mitchell ont été inscrits en 11 matchs, le même nombre d’apparitions que le All-Black dans la compétition. Cette année, le joueur de 31 ans est allé à dame à quatre reprises, avec des doublés contre l’Uruguay et l’Ecosse, en seulement trois rencontres et 228 minutes disputées.

Bryan Habana ne présente pas le même ratio. Le Sud-Africain a eu besoin de 16 rencontres pour marquer ses 15 essais. Après avoir égalé le record d’essais en une Coupe du Monde en 2007 (8), il a été moins souvent décisif lors des éditions 2011 et 2015. En Angleterre depuis un mois, il en est à cinq essais en cinq matchs et 405 minutes passées sur le terrain. S’il a signé un triplé contre les Etats-Unis et marqué face aux Ecossais et Samoans, « la Flèche » est restée muette en quart de finale.

Retrouvez le grand format en vidéo d'Afrique du Sud - Pays de Galles

Une demi-finale plus accessible

En demi-finale contre la Nouvelle-Zélande, Bryan Habana aura fort à faire pour dépasser définitivement Lomu. Les Sud-Africains ne sont clairement pas favoris face aux Blacks, impressionnants contre la France. A l’inverse, c’est le statut des Australiens devant l’Argentine, dans l’autre demi-finale. Drew Mitchell a, sur le papier, plus de chances d’avoir encore deux rencontres pour améliorer son bilan. Le jeu développé par les Wallabies dans cette Coupe du Monde devrait lui offrir des opportunités. Contre les Ecossais, trois essais sur cinq ont été conclus en bout de ligne après avoir resserré la défense dans l’axe. Habana s’est jusque-là plutôt illustré par son opportunisme. Mais il devrait avoir moins d’erreurs adverses à exploiter contre les Néo-Zélandais.

Revoir les essais de Mitchell face à l'Uruguay: 





Drew Mitchell se retrouve dans la position d’écrire l’histoire mais pensait pourtant ne pas disputer cette Coupe du Monde et s’arrêter à 10 essais. Il n’a été rappelé par Michael Cheika que grâce à l’assouplissement du règlement de la fédération australienne, qui empêchait jusque-là les joueurs évoluant hors du pays à être sélectionnés avec les Wallabies. En début de compétition, le Toulonnais n’était même pas titulaire sur son aile. Il a profité de la blessure à une épaule de Rob Horne contre l’Angleterre, qui a dû déclarer forfait face au Pays de Galles. Après avoir obtenu la première place du groupe, Mitchell a été maintenu pour le quart de finale et sa performance devrait lui permettre d’être encore là pour la demi-finale. Lui est à 100% pour aller aplatir dans l’en-but. Et permettre à l’Australie de disputer une quatrième finale.