Dans l'actualité récente

Nouvelle-Zélande – France, les kiwis sont avides de revanche. 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Nouvelle Zélande   Argentine résumé
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-10-12T14:33:32.264Z, mis à jour 2015-10-12T15:08:10.580Z

Malgré la défaite des Bleus contre l’Irlande, l’heure n’est cependant pas à la suffisance du côté des All Blacks, leur prochain adversaire.

Si les bleus ont montré un visage décevant contre l'Irlande, ils gardent une côte élevé une Nouvelle-Zélande, où la presse ne voit pas forcément le quart de finale à venir d'un très bon œil.

France-Irlande, le résumé

Les fantômes de 2007 

Un quart de finale de Coupe du Monde, au Millennium Stadium de Cardiff contre la France, un bien mauvais souvenir pour la Nouvelle-Zélande qui, arrivé hyper favori de la compétition en 2007, était reparti prématurément pour sa plus grande désillusion en Coupe du Monde.

Ce cauchemar est encore bien vivace pour Liam Napier de Faifax Media qui appelle à « exterminer les fantômes de 2007 » quand son confrère du Herald, Chris Rattue, évalue les chances des deux équipes à 50/50 et qui considère ce tirage comme « le pire possible pour les All Blacks ». Son journal posant même une question surprenante « La France l’a-t-elle fait exprès ? ». Arguant que les Bleus « seraient plus à l’aise à l’idée de rencontrer les Blacks que de jouer l’Argentine » 

Globalement, la France inquiète les journalistes Néo-Zélandais qui sont loin de fanfaronner, Napier considérant « qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre avec les Français » qui malgré leur lourde défaite contre l’Irlande « peuvent tout aussi être brillants » contre les Blacks. 

Certains comme David Di Somma, y voient cependant une opportunité « un scénario de rêve » pour mettre fin au signe indien. 


Un tremplin pour 2015 

Du côté des joueurs, la méfiance reste également de mise. Sean Fitzpatrick est circonspect, le match contre l'Irlande n'étant pas représentatif pour lui, « la mêlée de la France ne peut pas être pire, sa touche non plus », mais « en une semaine, beaucoup de choses peuvent changer ». Même son de cloche chez Michael Jones pour qui « Les Français en quart de finale, ce n'est pas un cadeau. Personne n'a envie de les affronter à ce stade là. ». Byron Kelleher n'est quant à lui « pas rassuré par des All Blacks pas à leur niveau habituel ».

Malgré tout, ils y voient une belle opportunité. Pour l’ancienne gloire Justin Marshall, affronter la France est « une bonne chose » car les Bleus « vont obliger les Blacks à sortir une grande performance, ce que les Irlandais n’auraient probablement pas fait ». La France sera donc pour lui une « opposition parfaite » car « si les Blacks ne peuvent dominer cette équipe de France, ils ne méritent pas de gagner la compétition », Michael Jones estimant lui que les All Blacks « ont bien bossé et vont élever leur niveau de jeu ».

Bref, si la France « le Nemesis, la bête noire » fait encore peur au pays du long nuage blanc, la dominer et ranger définitivement ce complexe au placard pourrait permettre aux kiwis de faire le plein de confiance et leur servir de tremplin vers un troisième triomphe en Coupe du Monde.