Nouvelle Zélande - Georgie : Waisake Naholo, même sur une jambe 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Thomas Audebert|Ecrit pour TF1|2015-10-02T18:00:01.687Z, mis à jour 2015-10-02T18:00:01.687Z

Une jambe brisée en juillet devait le priver de sa première Coupe du monde. 2 mois plus tard, il s'apprête à faire ses débuts face à la Georgie. Portrait de Waisake Naholo, le miraculé des All Blacks.

Waisake Naholo


Né le 8 mai 1991, à Sigatoko (Fidji)

1, 87m

98 kg


Sa carrière en club


Né aux Fidji, Naholo quitte son île natale en 2009 à l’âge de 17 pour rejoindre la Nouvelle Zélande. Sur l’île des Kiwis, il joue au sein de l’équipe de Wanganui, qui participe au championnat de Nouvelle-Zélande. Il ne rejoint le Super 15 qu’en 2013 au sein de la franchise des Auckland Blues. Expérience ratée, il ne joue que deux rencontres. Après un retour dans le championnat néozélandais, il rejoint les Highlanders, basés à Dunedin début 2015, tout en signant un pré-contrat à l’ASM Clermont pour la saison suivante. Révélation du Super 15, Naholo illumine le championnat et emmène son équipe jusqu’au titre, le premier de l’histoire de la franchise. Auteur de 13 essais, Naholo finit également meilleur marqueur.


Il n'a pas encore joué en coupe du monde mais cela n'a pas empêché les All Blacks de faire un carton face à la Namibie



Sa carrière chez les Blacks


Bien que né aux Fidji, c’est sous le maillot néo zélandais que Waisake Naholo évolue. Champion du monde 2011 avec la sélection des moins de 20 ans, il attendra 2015 pour évoluer avec les « grands ». C’est donc au sein de l’équipe de rugby à VII que Naholo se frotte au niveau international. Appelé une première fois, dès 2012, pour une étape des World Series (série de tournoi internationaux de rugby à VII) il gagne sa place dans le groupe et remporte l’édition 2012. L’année suivante, il s’illustre en remportant la Coupe du monde de rugby à VII. 


Son excellente saison chez les Highlanders lui ouvre les portes de la sélection de Steve Hansen. Il renonce à son contrat clermontois pour revêtir le maillot des All Blacks. C’est là que sa « légende » débute. Dès sa première sélection, face à l’Argentine l’été dernier, Naholo se blesse. Fracture du péroné: trois mois d’arrêt. La Coupe du monde semble lui échapper. Pourtant, à l’abri des médias, en retrait sur son île natal, il va revenir à la compétition en à peine 15 jours. Son secret ? « Kawakawarau », une plante aux vertus miraculeuses s’il en est. Pas d’opération, pas de kiné, rien qu’une méthode naturelle à base végétale. Cela fait jaser mais les faits sont là, une guérison express qui permet à Naholo d’accrocher le wagon all black pour la Coupe du monde et d’affronter ce vendredi soir la Georgie.


"C'est un peu exagéré de dire qu'il s'est cassé une jambe, alors qu'il ne s'agissait que d'une grosse fissure" Steve Hansen à propos de Waisake Naholo. 


Ses qualités

Lorsqu’on fait partie du groupe néo zélandais pour une coupe du monde, a fortiori un groupe champion du monde en titre, que l’on est revenu en quelques jours d’une fracture de la jambe et qu’on élimine de la liste certains joueurs au pedigree bien plus impressionnant que soi, cela laisse supposer que Waisake Naholo a quelques qualités physiques et mentales. Comme beaucoup de joueurs du Pacifique, il allie une grosse pointe de vitesse avec une puissance remarquable. Pourtant Naholo n’a rien d’un bulldozer, il préfère de loin les actions toutes en évitements et débordements. Il anticipe très bien et marque régulièrement en chipant le ballon sur une phase d’attaque adverse. Face à la défense rugueuse des Georgiens, il aura fort à faire, mais quand on est revenu d’une fracture de la jambe, on est capable de tout.

en savoir plus : Match Nouvelle-Zélande Géorgie