Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Japon, Fidji : il n’y a plus un monde d’écart ! 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

La victoire du Japon contre l'Afrique du Sud en Coupe du monde de rugby 2015
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-25T17:25:40.717Z, mis à jour 2015-09-25T17:25:40.717Z

A l’issue d’une semaine de compétition, et après avoir vu toutes les équipes jouer, une évidence saute aux yeux : il n’y a plus de petites équipes. L’exploit du Japon ou les prestations coriaces de la Roumanie et des Fidji laissent penser que les cartes s’en trouvent redistribuées.

« Il n’y a plus de petites équipes aujourd’hui ! » La déclaration est signée Philippe Saint-André. Une phrase que le sélectionneur des Bleus avait lancée avant le match face à la Roumanie (victoire bonifiée 38-11). Un moyen de laisser ses hommes sous pression ou le vrai fond de sa pensée ? Un peu des deux a priori. D’autant que le contenu de la rencontre du XV de France face à de soi-disant modestes Roumains a confirmé ces dires. Les partenaires de Louis Picamoles l’ont bien emporté avec le bonus mais que la victoire fut longue à se dessiner.


Le monde d’écart, annoncé avant la rencontre, n’est jamais apparu au grand jour sur la pelouse du stade Olympique. « Les Roumains se sont préparés aussi bien que nous pendant trois mois, ils étaient prêts physiquement, on l'a vu, c'était du costaud », constatera Dimitri Szarzewski à l’issue de la rencontre. Car oui, la France l’a emporté et a même fait le plein de points, mais sans écrabouiller une formation roumaine loin de se présenter en victime. 


Et d’une manière générale, c’est ce qui ressort de ces premiers matches du premier tour de la Coupe du monde. Lors du match d’ouverture, les Fidji n’ont pas été surclassés par les Anglais (défaite 35-11). Une première demi-surprise avant la déflagration nippone. Peu de temps avant l’exploit du Japon face à l’Afrique du Sud (34-32), il y a même eu une première alerte avec la victoire surprenante de la Géorgie face aux Tonga (17-10). Les Fidji ont également bien embêté l’Angleterre et l’Australie. Et l’Argentine n’a pas laissé respirer la Nouvelle-Zélande pendant une heure avant de craquer. 


Et puis ce n’est pas tout. Les scores fleuves ont quasiment disparu. Seules trois équipes ont passé la barre symbolique des 50 points : L’Irlande face au Canada (50-7), le pays de Galles face à l’Uruguay (54-9) et la Nouvelle-Zélande contre la Namibie (58-14) jeudi soir. Mais même sur ce dernier match, les joueurs africains ont offert une belle résistance. Là où ils avaient encaissé 22 essais face à l’Australie en 2003 (défaite historique 142-0), ils n’en ont pris « que » 9 face aux All Blacks. La défaite est là, mais elle est beaucoup moins humiliante. Signe que les nations dites inférieures rattrapent le temps perdu. 


De là à revoir d’autres énormes surprises comme la victoire du Japon, il y a encore un pas. D’autant que les équipes sont maintenant prévenues. L’Ecosse, qui avait la lourde tâche d’affronter des Nippons survoltés, l’a d’ailleurs bien compris en prenant ce match très au sérieux. On atténuera tout de fois cette large victoire (45-10) par une incongruité du calendrier dans ce groupe de cinq équipes. Le Japon n’a en effet disposé que de 4 jours de repos après l’exploit contre les Springboks. Le XV du Chardon, lui, débutait seulement son Tournoi. Un traitement inégal qui montre encore que les équipes dites « inférieures » ne sont pas assez considérées, pendant que les « gros » sont privilégiés. C’est finalement peut-être là où le fossé est encore le plus grand… 

Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.   

en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre