Pourquoi la Nouvelle-Zélande s’est qualifiée 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Rugby - Afrique du Sud-Nouvelle-Zélande : la finale pour les All Blacks (18-20), tous les points en vidéo
Par Loris BELIN|Ecrit pour TF1|2015-10-25T10:29:51.588Z, mis à jour 2015-10-25T11:35:51.531Z

Malgré l’écart final très réduit (20-18), les All-Blacks ont semblé en total contrôle de leur demi-finale contre l’Afrique du Sud. Analyse de la victoire black en statistiques.

Les Blacks ont constamment agressé l’Afrique du Sud


2 : comme le nombre d’essais marqués par les Blacks. Les néo-zélandais se sont créés les occasions pour pouvoir marquer en étant souvent dans le camp adverse, faisant preuve patience dans le jeu. 

20 : comme le nombre de défenseurs Springbocks battus. Les néo-zélandais ont fait parler la poudre et leur talent en osant tout simplement aller affronter leurs adversaires balle en main. Les sud-africains n’ont eu battus que 3 défenseurs, surtout à cause des nombreux coups de pied utilisés à tort. 

+238 : comme le différentiel de mètres parcourus par les Blacks par rapport aux Springbocks. La statistique synonyme de la domination des All-Blacks qui ont usé les sud-africains jusqu’au bout, avec un apport intéressant des remplaçants : la percée de Barrett auteur du deuxième essai ou encore les deux passes après contact de Williams. 

La défense néo-zélandaise à la limite mais solide 

3 : comme le nombre de plaquages manqués par les néo-zélandais. Un excellent score dans un match aussi rugueux. Certes, les Blacks ont moins dû plaquer que leurs adversaires, mais une telle réussite est le signe d’une concentration sans faille dans les duels. 

4 : comme le nombre de ballons volés en touche par les Blacks. Pourtant pas leur spécialité première, ces ballons grattés sur remise en jeu ont été cruciaux, surtout en fin de rencontre. En comparaison, les Springbocks n’ont récupéré … aucun ballon en touche. 

95,7% : comme le pourcentage de réussite Kiwi sur les rucks. Une domination physique et tactique claire puisque les sud-africains ont perdu plus de rucks que les néo-zélandais, tout en disputant 40 de moins. Des petits détails qui ont fait la différence et permis aux Blacks de récupérer de précieux ballons. 

Les néo-zélandais ont tout simplement dominé leurs adversaires dans les intentions de jeu, en étant toujours portés vers l’avant. Cette envie d’agresser la défense, de la maintenir sous pression est une des forces des Blacks (l’équipe de France s’en souvient encore) et les deux essais inscrits dans ce match fermé en est la preuve. Défensivement, les joueurs océaniens ont fait preuve d’indisciplines qui auraient pu leur coûter très cher (6 pénalités) mais elles sont aussi le signe de cette envie de dominer, de repousser l’adversaire dans les duels, de refuser la pression adverse. Attention toutefois en finale à ne pas trop se faire pénaliser bêtement comme ce fut le cas pour Kaino en fin de première mi-temps. Si l'Afrique du Sud est une nation suffisamment forte pour que les Blacks n’aient pas l’air d’un rouleau-compresseur, elle n’a pu empêcher la lessiveuse Black de déferler vers son camp, la clé de ce match.