Tea Time : Mais d’où vient ce “Swing Low, Sweet Chariot” ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Coupe du monde de Rugby 2015 - Highlights - Angleterre - Fidji : le résumé du match en vidéo
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-28T15:00:20.227Z, mis à jour 2015-09-28T15:00:20.227Z

Il fait la fierté des Anglais après l’hymne officiel “God save the Queen” mais d’où vient réellement le « Swing Low, Sweet Chariot » que l’on entend régulièrement dans les travées de Twickenham et ailleurs ? Eléments de réponses.

Il y a l’hymne officiel de l’Angleterre et il y a l’officieux. Bien sûr, « God Save the Queen » précède tous les matchs du XV de la Rose mais le chant que l’on entend finalement le plus dans les stades de rugby anglais s’appelle « Swing Low, Sweet Chariot ». Impossible de ne pas l’avoir entendu au moins une fois en regardant un match de nos amis anglais. Et pour cause, depuis une vingtaine d’années, il est devenu le chant de référence des supporters de la Rose. Une ritournelle qui n’annonce en général rien de bon pour l’adversaire. Mais quelle est l’origine de ce chant, d’où vient-il, que signifie-t-il ? On vous offre quelques éclaircissements.

Un chant d'esclave

Il faut remonter au 19eme siècle pour trouver les origines de ce chant qui est en fait une ode à la libération des esclaves. Rien à voir donc avec le monde de l’ovalie et ses cadrages-débordements. 1862, Wallace Willis, esclave affranchi, sort sa plume pour écrire quelques mots. L’occasion de dresser un parallèle biblique entre le Jourdain et l’un des affluents du Mississippi, et d’évoquer Elie, l’un des prophètes de l’Ancien Testament, qui est arrivé aux cieux dans un chariot de feu. Un peu mystique il est vrai. Mais comment ce chant est-il arrivé dans les travées de Twickenham ? Patience, on vous raconte la suite…

Chris Otis, le détonnateur

Tout commence le 19 mars 1988, jour de match du Tournoi des V Nations (ndlr : à l’époque, l’Italie n’en fait pas partie) contre l’Irlande à Twickenham. La morosité se fait sentir dans les rangs anglais qui a perdu 15 de ses 23 derniers matchs dans le Tournoi et qui n’a inscrit qu’un seul essai à domicile en deux ans de compétition. Et rien ne semble vraiment changer ce jour-là puis ce sont bien les visiteurs qui mènent 3-0 à la pause. Pourtant, après le repos, c’est le déclic. Le XV de la Rose inscrit six essais dont trois pour le seul Chris Otis, premier joueur noir à pratiquer ce sport de blancs dans l’enceinte de Twickenham depuis 80 ans ! Au fil de la rencontre, un chant monte des tribunes. C’est le fameux « Swing Low, Sweet Chariot ». La légende dit que tout est parti d’un groupe d’élèves de l’école bénédictine Douai de Upper Woolhampton qui entonne ce chant d’ordinaire réservé à leur propre équipe de rugby. Repris par les voisins, puis par tout le stade, le chant se propage. La légende était née.

Depuis, le fameux chant a été adapté par tout un tas de stars à travers le monde. On pense notamment à Elvis Presley, Eric Clapton ou le groupe de reggae UB40. Désormais, quand le « Swing Low, Sweet Chariot » retentit dans le stade, les adversaires ont eux aussi le poil qui s'hérisse. Pas forcément pour les mêmes raisons que les supporters anglais..  


Notre e-journaliste en Angleterre a rencontré dans le métro londonien un groupe local qui propose une nouvelle version de ce chant...




Durant toute la Coupe du monde, retrouvez le guide de la compétition TF1 et le rugby mix : les meilleurs moments vidéos de toutes les Coupes du monde.

Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.

en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre