Dans l'actualité récente

TMO, cartons jaunes, les arbitres français : le point sur l'arbitrage 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

RTX1LSOW
Par Julien CHESNAIS|Ecrit pour TF1|2015-10-09T16:12:20.529Z, mis à jour 2015-10-09T16:12:24.077Z

Alors qu'on attaque le dernier tiers de la Coupe du monde, il est temps de faire un premier bilan sur l'arbitrage. L'arbitre vidéo est pointé du doigt, le nombre de cartons jaunes a explosé et les arbitres français font pour l'instant bonne figure.

TMO, l'homme le plus en vue. Et pas forcément pour le meilleur 

Acronyme de "Television match official", le TMO est l'arbitre vidéo, celui auquel l'arbitre central fait appel pour prendre une décision sur une action litigieuse à son goût. Ce processus, visant à éviter les erreurs d'arbitrage, a suscité pas mal de critiques depuis le début cette Coupe du monde. La raison ? Le jeu, devenu trop hâché, perdrait en spectacularité. "Il n'y a rien de plus mauvais pour des joueurs que de s'arrêter longtemps, ça peut être perturbant, ils ont tendance à ralentir un peu, à se refroidir un peu et cela les rend plus vulnérables aux blessures" ajoute le sélectionneur irlandais Joe Schmidt. Et la durée du match explose avec la succession des arrêts. Ce qui fut particulièrement criant lors du premier match entre l'Angleterre et les Fidj, arbitré par le Sud-africain Jaco Peyper. 


Le nombre de cartons jaunes a explosé par rapport à 2011 

A l'issue de la Coupe du monde 2011, les arbitres avaient distribué 18 cartons jaunes et deux rouges. Après 32 matches sur 48 lors de l'édition 2015, ce total a déjà été dépassé. Et largement. 32 cartons jaunes, dont un rouge résultant de deux cartons jaunes. Comment expliquer cette avalanche de biscottes ? Plus qu'une indiscipline accrue et généralisée chez les joueurs, c'est sans doute une conséquence des directives données aux arbitres par le World Rugby. Les coups déloyaux et les déblayages dans les "rucks" sont désormais sanctionnés beaucoup plus sévèrement. 


Les Français font bonne figure 

La France possède le contingent d'arbitres le plus important lors de cette Coupe du monde avec Jérôme Garcès (41 ans), Romain Poite (40 ans) Pascal Gaüzère (38 ans). Chacun a tenu le sifflet trois matches. Leurs performances n'ont pas été pointées du doigt. Ce qui est bon signe. Et quand quelques-uns ont voulu mettre sur le dos de M. Poite la défaite de l'Angleterre face à l'Australie, certaines voix se sont élevés pour défendre l'arbitre français. A l'image de Mike Tindall, l'ancien joueur du XV de la Rose. Bref, tout va bien pour les arbitres tricolores, qui peuvent encore rêver à tenir le sifflet pour la finale le 31 octobre.