Dans l'actualité récente

Pourquoi vous devez suivre Tonga - Namibie 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

RTR2RUTZ
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2015-09-29T14:00:22.795Z, mis à jour 2015-09-29T14:00:22.795Z

La rencontre entre les Tonga et la Namibie lance la troisième semaine de cette Coupe du monde 2015. Si l'affiche n'offre pas un intérêt certain au premier coup d'oeil, les enjeux de la partie sont réels. On vous dit pourquoi.

Les Tonga, qui gardent toujours espoir de finir troisièmes de la poule C et de décrocher leur billet pour le Mondial 2019, défient la Namibie en quête d'un premier point en Coupe du monde, ce mardi (17h45) à Exeter.


Parce que les Tonga veulent aller au Japon

Les joueurs du Pacifique sont  revanchards et déterminés. Tombés de haut face à la Géorgie (défaite 17-10), ils sont contraints de décrocher une première victoire pour espérer, qui sait - ils doivent affronter ensuite les Pumas et les Blacks - accrocher la troisième place de la poule, synonyme de qualification directe pour le Japon en 2019. Tout autre résultat serait vécu comme une catastrophe dans l'Archipel.


Parce que la Namibie en a marre de faire de la figuration

La Namibie a disputé 16 matches en Coupe du monde et elle en a perdu… 16, en cinq Coupe du monde disputées. Le pays du sud-ouest de l’Afrique, qui compte un peu plus de deux millions d’habitants, est loin du statut de grande puissance du rugby que peut revendiquer son voisin sud-africain. Célèbre pour avoir subi la plus grosse défaite de l’histoire du Mondial en 2003 face à l’Australie (142 à 0), la sélection namibienne veut faire état de ses progrès d'une compétition à l'autre. L'essai marqué lors du premier match face aux Blacks (56-14) est déjà une bonne nouvelle en soi. "Au regard des précédents résultats en Coupe du monde, c’est un pas en avant" pour Phil Davies, le Gallois à la tête de la sélection africaine.


Parce que cela s'annonce musclé

On peut parfois reprocher aux équipes des îles du Pacifique de ne baser leur jeu que sur leur puissance naturelle. Les Tonga ne déroge pas vraiment à la règle, même s'il fût surprenant de les voir bousculer à maintes reprises par les Géorgiens en ouverture de compétition. Un jeu musclé souvent à la limite de la bienséance et des règles du jeu puisque les Tongiens sont les joueurs les plus sanctionnés d'un carton jaune en Coupe du monde (10). L'opposition qui leur fera face ce mardi, avec Jacques Burger en chef de file, devra être prête au combat.


Parce que Jacques Burger vaut le déplacement à lui tout seul

“Les gens pensent que je suis stupide et que je n’ai pas mal. Mais croyez-moi, j’ai mal quand je plaque un "big boy" d’en face !”. Nez cassé à cinq reprises, genou droit opéré six fois, épaules et bras esquintés, Jacques Burger est le prototype du joueur de rugby qui va au casse-pipe. Au total, ce sont près d’une soixantaine de blessures que le corps musclé du troisième ligne des Saracens a dû affronter. Passé par la Pro D2 en France, à Aurillac, le temps d'une saison, Burger a laissé une empreinte indélébile. "C'était un homme talentueux sans ballon, un plaqueur fou qui ne lâche jamais rien, avec une présence inouïe", analysait ainsi on ancien entraîneur Thierry Peuchlestrade. Un joueur à part, un joueur à voir d'autant qu'il dispute là, à 32 ans, sa dernière compétition d'envergure.

Revoir la défaite des Tongiens face à la Géorgie :

Durant toute la Coupe du monde, retrouvez le guide de la compétition TF1 et le rugby mix : les meilleurs moments vidéos de toutes les Coupes du monde. Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.


en savoir plus : Christian Jeanpierre, Denis Brogniart