VIDEO. Argentine-Australie (15-29) : les tops et les flops 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Argentine - Australie : le Grand format en vidéo
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-10-25T19:45:51.514Z, mis à jour 2015-10-25T20:36:10.163Z

Après la formidable demi-finale de la Coupe du monde entre l’Argentine et l’Australie, il est temps de se plonger sur les cas particuliers. Qui sont les tops, qui sont les flops ? La rédaction de TF1 vous offre son ressenti.

A l’issue d’un match d’une grande intensité, l’Australie a finalement réussi à se débarrasser de l’Argentine (29-15) en demi-finale de la Coupe du monde. Les joueurs des deux équipes ont livré des prestations contrastées. Retour sur les tops et les flops de la rencontre.

Revoyez les meilleurs moments de la victoire des Wallabies contre les Pumas :
 

Les Tops


Adam Ashley-Cooper : Un triplé en demi-finale de Coupe du monde, ce n’est pas commun. Impossible donc de ne pas citer l’ailier de l’Australie dans les meilleurs joueurs de la rencontre. Avec ses 10eme, 11eme et 12eme essais dans un Mondial, le futur joueur de l’Union Bordeaux-Bègles devient le cinquième meilleur marqueur d’essai de l’histoire de cette compétition, derrière son coéquipier Drew Mitchell (14) et les deux extra-terrestres Bryan Habana et Jonah Lomu (15 chacun).

David Pocock : 13 plaquages au compteur et 4 ballons grattés dans les rucks, le troisième ligne de l’Australie a réussi une performance encore éblouissante contre l’Argentine. Comme souvent, il a terminé le visage tuméfié, signe d’un investissement de tous les instants. On l’a aussi vu dans la ligne des trois-quarts, au ras et en relayeur en fond de touche. Et dire qu’il est considéré comme un simple flanker…

Scott Fardy : On s’attendait à citer Michael Hooper, habituel compère des distinctions avec David Pocock mais c’est finalement l’autre flanker de la troisième ligne qui a brillé de mille feux. Scott Fardy a livré une partie titanesque en l’espace de 55 minutes (ndlr : il a été remplacé par Ben McCalman avant de revenir temporairement 10 minutes). 16 plaquages lors d’une demi-finale de Coupe du monde, le joueur des Brumbies a été monstrueux au même titre que toute la 3eme ligne australienne (ndlr : 10 plaquages pour Michael Hooper).

Santiago Cordero : Il avait été l’un des joueurs marquants du quart de finale face à l’Irlande. Et l’ailier de poche de l’Argentine a presque failli récidiver lors de la demi-finale. Le joueur de 21 ans est bien l’une des révélations de ce Mondial. Ce dimanche, il a encore été l’un des plus performants dans l’avancée avec 100 mètres parcourus. Il ne lui a finalement manqué qu’un essai pour parachever son œuvre. Quels appuis, quelles jambes, ce joueur est un régal !

Les flops


Bernard Foley : L’ouvreur de l’Australie n’a pas été à la fête. Héros face à l’Ecosse après avoir inscrit la pénalité de la gagne, même s’il n’avait pas été transcendant, le numéro 10 des Wallabies était censé ne jamais rater deux matchs d’affilée. Cette fois-ci, cela ne s’est pas confirmé. Si dans le jeu, il s’est montré parfois à son avantage comme sur cette passe sautée qui a amené le premier essai de Adam Ashley-Cooper mais il a manqué plusieurs coups de pieds qui auraient pu coûter cher à son équipe. Et certains choix de jeu préjudiciables comme ce drop tenté et manqué à l’heure de jeu. On attend mieux de lui en finale.

Israel Folau : Décidemment, cette Coupe du monde n’est pas la sienne. Le virevoltant arrière de l’Australie, que tout le monde attendait, peine encore à se montrer déterminant. Une nouvelle fois, face à l’Argentine, l’arrière des Waratahs a déçu. L’ancien treiziste semble avoir du mal à retrouver son meilleur niveau et on ne l’a pas encore vu lancer des relances dont il a le secret et qui ont fait sa réputation en Super 15. Ni récupérer des ballons hauts, atout né lors de son passage dans le football australien. Il lui reste encore un match pour briller, si Michael Cheika lui renouvelle sa confiance. Avec un compteur bloqué à zéro essai, pas sûr que l’ancien entraîneur du Stade Français lui offre une nouvelle opportunité. Pour sa défense, sa blessure à une cheville l’a freiné dans sa progression.

Leonardo Senatore : Le troisième ligne de l’Argentine a souffert de la comparaison avec David Pocock. Seulement 5 plaquages, et aucun ballon récupéré dans les rucks, le numéro 8 des Pumas nous avait habitués à mieux. Le joueur de Worcester n’a jamais pu mettre son équipe dans le bon tempo, ne progressant que de deux mètres en 80 minutes de jeu. Bien maigre pour espérer rivaliser avec une troisième ligne australienne de gala.