Dans l'actualité récente

VIDEO. Argentine - Australie (15-29) : Les Wallabies rejoignent les Blacks en finale 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Parcours Australie
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-10-25T18:18:03.320Z, mis à jour 2015-10-25T20:43:05.224Z

A l’issue d’une demi-finale somptueuse, l’Australie a validé son billet pour la finale de la Coupe du Monde 2015 où elle retrouvera la Nouvelle-Zélande. Mais les Argentins ont encore montré qu’ils n’étaient pas là par hasard.

Le match

Quel match et quel suspense ! Cet Argentine-Australie a vraiment tenu ses promesses. N’en déplaise à Diego Maradona, encore présent dans les tribunes de Twickenham, c’est finalement la meilleure équipe qui l’a emporté. Les Wallabies ont opposé un défi physique aux Pumas qu’ils ont su relever par moments, mais pas sur 80 minutes. Et les hommes de Daniel Hourcade pourront longtemps regretter leurs erreurs individuelles, notamment en première période. Il ne faut d’ailleurs que 68 secondes à l’Australie pour lancer cette demi-finale. Suite à une passe interceptée de Nicolas Sanchez dans ses 22, Rob Simmons, le deuxième ligne des Wallabies, fonce dans l’en-but pour marquer l’essai le plus rapide de cette Coupe du monde. 7-0 pour l’Australie. Peu de temps après, c’est Santiago Cordero qui commet un en-avant en voulant jouer rapidement après un marque. La mêlée fait le travail, Foley envoie Ashley-Cooper à l’essai d’une passe sautée en bout de ligne. Le début du festival du futur joueur de l’UBB. (14-3, 9eme). L’Argentine vit un début de match compliqué et les blessures de Juan Imhoff et Agustin Creevy n’arrangent rien à l’affaire. Une pénalité de Sanchez relance le suspense (14-6, 14eme) mais le carton jaune de Tomas Lavanini (26eme) promet l’enfer aux Pumas. Et c’est rapidement la déferlante. Adam Ashley-Cooper, encore lui, marque son 10eme essai en Coupe du monde à l’issue d’une passe sautée magnifique du Toulonnais Matt Giteau (6-19, 32eme). A la pause, l’Argentine n’est finalement menée « que » de dix points après une nouvelle pénalité de Nicolas Sanchez.

En deuxième période, l’Argentine met la pression sur l’Australie et tente de relancer tous les ballons. Après une action initiée par Santiago Cordero, encore impressionnant sur ses appuis, Juan Martin Hernandez tente un geste magique dont il a le secret mais sa chistera est mal ajustée et Joaquin Tuculet commet un en-avant à quelques mètres de l’en-but australien. « El Mago », blessé aux côtes, doit ensuite abandonner ses coéquipiers. Mais les Pumas ne lâchent rien, et comme à son habitude, Nicolas Sanchez se montre impeccable face aux perches (15-22, 45eme et 55eme). Entre-temps, Bernard Foley alterne le bon et le moins bon (une pénalité réussie et un drop manqué). En toute fin de rencontre, alors que l’Argentine pousse pour aller chercher la prolongation, Drew Mitchell sort de la boite et passe au travers de cinq plaquages argentins pour donner un ballon en bout de ligne à… Adam Ashely-Cooper. Le triplé de l’ailier australien finit d’assommer les Pumas. Score final : 15-29 et la sensation d’avoir assisté à l’un des plus beaux matchs de cette Coupe du monde. Maigre consolation pour les Pumas. 

Le fait du match

Les blessures successives qui ont touché l’Argentine pendant cette rencontre. Face à la densité physique des Australiens, les Pumas ont souffert à l’image de Juan Imhoff, sorti bien trop tôt après avoir reçu le genou d’Israel Folau dans la tête. C’est ensuite le capitaine des Pumas, Agustin Creevy, qui doit abandonner ses coéquipiers en pleine première période (31eme). Il n’en faut pas plus pour troubler la bonne organisation défensive argentine. A l’entame de la seconde période, Juan Martin Hernandez est lui aussi touché aux côtes. Encore un joueur majeur out,  l’Argentine ne s’en remettra jamais.

L’homme du match

On pourrait citer toute la 3eme ligne de l’Australie mais en marquant trois essais en demi-finale de la Coupe du Monde, Adam Ashley-Cooper a marqué de son empreinte cette édition 2015. Avec ses 11eme et 12eme essais dans un Mondial, le nouvel ailier de l’UBB entre un peu plus dans la légende des Wallabies.