VIDEO. France – Irlande (9-24) : Victoire à la Pyrrhus pour l’Irlande face à des Bleus trop Brouillons. 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

faits et gestes  2
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-10-11T18:38:58.605Z, mis à jour 2015-10-11T18:47:25.895Z

Face à une équipe d’Irlande plus structurée et rigoureuse, le XV de France n’a pas réussi à élever son niveau de jeu, a subi une défaite logique et affrontera la Nouvelle-Zélande en quart de finale.

Défaits par une équipe d'Irlande de très haut niveau, les Bleus se sont considérablement compliqué la vie puisque ce sont les Blacks qui les attendent désormais dimanche prochain en quart de finale.

Le grand format


Le match 

Les 75 000 personnes présentes au Millenium Stadium de Cardiff ont assisté cet après-midi à un vrai match de phase finale. Intense, rugueux, ce France-Irlande a ressemblé à ce que l’on attendait : un vrai combat ! 

Très fermée, la première mi-temps se résume à un duel de buteur, Sexton puis Madigan côté Irlandais et Spedding pour la France se chargent de faire évoluer le score. Un premier acte marqué par l’acharnement des défenses et la violence des chocs dont Jonathan Sexton et Paul O’Connell, sortis sur blessure, font les frais. Malgré une maîtrise du ballon et une meilleure occupation, les joueurs du trèfle ne rentrent aux vestiaires qu’avec une avance minime 6-3. 

Le match reprend sur le même rythme, l’emprise de l’Irlande est de plus en plus forte sur le jeu. Multipliant les temps de jeu, impressionnants dans la conservation de balle, les hommes de Joe Schmidt mettent la défense Française au supplice qui va finir par craquer après une interminable séance de pick and go conclue par l’arrière Rob kearney (50ème, 14-6). Un ton au-dessus, les Irlandais essayent alors de tuer le match mais se heurtent à une défense bleue solide et disciplinée qui permet aux Bleus de sortir la tête de l’eau pour scorer 3 points qui les remets à portée de tir (64ème, 14-9). On se dit alors que le travail de sape des Bleus va porter ses fruits et que le XV de France, avec l’apport de son banc, est en mesure de faire tourner le match. Malheureusement, les Français, brouillons et maladroits rendent trop vite le ballon et ne profite pas de leur bonne dynamique. Leur chance est passée, avec un nouvel essai inscrit par Conor Murray, l‘Irlande va tuer le match dans les dix dernières minutes (74ème, 21-9) avant de sceller le score par Madigan en toute fin de match. 

Si le score est lourd, il reflète un vrai manque de maîtrise du XV de France qui a été dominé dans les phases de conquête et trop maladroit en attaque avec de nombreux ballons tombés et un soutien trop souvent en retard. De son côté, l’Irlande a été impressionnante dans le combat, le jeu au sol et la continuité du jeu. Une performance de tout premier plan qui confirme sa place de leader du rugby Européen. 


Le Fait 

Si le XV Irlandais a frappé très fort ce dimanche, cette victoire a néanmoins un goût particulièrement amer. Dans ce combat homérique, les hommes du trèfle ont laissé énormément de forces et ont perdu trois joueurs majeurs. 

Emporté par une monstrueuse cartouche de Louis Picamoles, l’ouvreur de l’équipe Jonathan Sexton a dû quitter ses partenaires dès la 25ème minute, imité par Paul O’Connell à la 40ème et Peter O’Mahoney en seconde mi-temps. Le temps d’une rencontre, Joe Schmidt a donc perdu le cerveau de con équipe, son capitaine et un leader de touche. O'Brien, coupable d'une brutalité pourrait éalement rejoindre la liste des absents si la commission de discipline est saisie.


La note est salée et cette victoire, aussi belle soit elle, a peut-être hypothéqué les chances du trèfle dans cette Coupe du Monde au moment d’affronter des Argentins particulièrement fringants… 


Le joueur 

Dans ce match de guerrier, un joueur a marqué les esprits dans le récital des avants Irlandais : le troisième ligne du Leinster Sean O’Brien a survolé les débat. 

Omniprésent dans les rucks, il a pourri toutes les sorties de balles Françaises, récupérant notamment trois ballons et anesthésiant l’attaque des Bleus. Au-delà de son abattage défensif, il s’est également mis en lumière offensivement, portant 12 ballons, gagnant 45m et battant 2 défenseurs. Des statistiques impeccables, cependant ternies par ces deux pénalités concédées au sol et ce coup de poing sur Papé qui, s'il  a échappé à l'arbitre, pourrait lui valoir une citation.

Un engagement de tous les instants dont l’Irlande aura bien besoin pour son quart de finale.