VIDÉO. Irlande - Italie (16-9) : L’Irlande s’en sort sans convaincre 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

grand format iralnde itlaie
Par Loris BELIN|Ecrit pour TF1|2015-10-04T18:16:20.910Z, mis à jour 2015-10-04T18:19:53.714Z

Les Irlandais valident leur ticket pour les quarts de finale en venant à bout d’une belle équipe italienne. Le XV du Trèfle qualifie par la même occasion l’Equipe de France qui aura toutes ses chances face à cette Irlande-là.

Le match

Les Irlandais n’ont pas de quoi fanfaronner. Certes, la victoire est au bout et valide la qualification en quart, mais les hommes de Joe Schmidt ont encore du travail. Pour la première fois, ils se sont fait bousculer par une vaillante équipe italienne. La décision s’est d’ailleurs faite sur les maladresses des joueurs italiens, trop dispendieux en touche. C’est ainsi sur une remise en jeu dans leurs propres 22 mètres qu’ils se sont fait chiper le ballon et Sexton créait le décalage d’une feinte pour un essai d’Earls proche des poteaux. L’Italie n’a peut-être jamais mené au score mais c’est bien elle qui fut la plus convaincante dans les intentions. La Squadra Azzura a été dominatrice physiquement et a longtemps fait face défensivement. Mieux, elle aurait pu prendre les devants à la cinquantième minute si Josh Furno n’avait pas été plaqué à 50 centimètres de la ligne. Des petits détails qui font une grosse différence au score final. Les Irlandais, peu inspirés en attaque, s’en sortent finalement sur les pénalités de Sexton et par l’incapacité des italiens à faire la différence alors qu’ils ont terminé la rencontre en supériorité numérique. Frustrant pour des transalpins retrouvés avec Sergio Parisse et encourageant pour l’équipe de France car non, l’Irlande n’est pas imprenable. 

Le joueur du match


Sergio Parisse n’est pas dans le camp des vainqueurs mais c’est bien lui qui a le plus pesé sur ce match. Sans lui, le jeu offensif des Italiens faisait peine à voir durant les deux premiers matchs. Ce soir, le troisième ligne du Stade Français était le fer de lance de son équipe, celui par qui venait l’étincelle, quitte parfois à trop en faire. C’est d’ailleurs lui qui crée le décalage sur l’action la plus chaude des transalpins. A sa sortie à la 65ème, l’Italie a baissé d’un cran dans l’intensité offensive et n’a pu marquer cet essai à 15 contre 14. 

Le fait du match


Les italiens vont longtemps regretter cette touche à la 18ème minute. A une dizaine de mètres de leur ligne d’essai, Manici voit son lancer coupé par les Irlandais. Le mouvement est limpide, l’offensive des joueurs du Trèfle fait s’étirer la défense avant que Sexton ne crée la brèche d’une feinte. Henshaw n’a plus qu’à jouer après contact pour Earls qui inscrit le seul essai de la partie, celui qui fait toute la différence au score final.