VIDEO. Namibie-Géorgie (16-17) : ça passe d'un rien pour les Géorgiens 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

essai 1
Par Nicolas SBARRA|Ecrit pour TF1|2015-10-07T21:58:57.483Z, mis à jour 2015-10-07T23:02:05.413Z

Le score le plus serré de cette Coupe du Monde 2015 a sanctionné la rencontre entre la Namibie et la Géorgie, remportée par cette dernière (16-17). Les Namibiens marquent le premier point de leur histoire mais sont éliminés. Les Géorgiens entrevoient le Japon dans quatre ans.

Pour sa cinquième participation, la Namibie court toujours après sa première victoire en Coupe du Monde. Elle n’est pas venue contre la Géorgie ce mercredi soir, avec une défaite d’un tout petit point qui entraîne son élimination (16-17). Le point de bonus défensif inscrit est tout de même le tour premier de son histoire. Devant toute la première période puis distancés au score, les Welwitschias sont revenus en toute fin de match, sans pouvoir reprendre l’avantage. Les Géorgiens s’en sortent bien avec cette deuxième victoire et s’emparent de la troisième place du groupe C. Si les Tonga ne battent pas la Nouvelle-Zélande vendredi, ils seront qualifiés pour la Coupe du Monde 2019 au Japon.

Le résumé du match en vidéo



Le match

Grâce à une meilleure entame, les Namibiens ont ouvert le score après moins de deux minutes. La pénalité de Theuns Kotze leur a permis d’inscrire leurs points les plus rapides dans un match de Coupe du Monde. Profitant de l’indiscipline adverse, ils ont même porté le score à 6-0. Mais les Géorgiens ont rapidement pris le dessus dans le jeu. Ils ont manqué le coche à de nombreuses reprises. Un essai a été non accordé à Sandro Todua pour un en-avant (11e), la défense namibienne a tenu sur sa ligne (13e), Merab Shakiradze pour Merab Kvirikashvili ont été contrés in extremis (21e) et Davit Kacharava poussé en touche à cinq mètres de la ligne (24e).

Réduits à 14 après un carton jaune contre Jaba Bregvadze (35e), les joueurs de Milton Haig n’ont pas coupé leur effort. Au-delà de la sirène, leur effort collectif n’a pas payé mais a provoqué des exclusions temporaires pour Raoul Larson puis Aranos Coetzee. De retour à 15, ils sont allés derrière la ligne à la 10e minute du temps aditionnel mais la vidéo a encore mis en lumière un en-avant. Miraculeusement, la Géorgie était mené à la pause sans avoir marqué un point. Malgré 290 mètres parcourus à 45 et 9 franchissements à 0.

La délivrance est tout de même intervenue après la pause. Après une première occasion avortée pour Merab Kvirikashvili (48e), Mamuka Gorgodze a été à dame face à la défense rugueuse des Namibiens et a mis les siens devant (6-7, 50e). Orpheline de Renaldo Bothma, à son tour sanctionné, la Namibie a de nouveau plié face à Lasha Malaghuradze, servi par Giorgi Tkhilaishvili après une touche volleyée (55e). Peut-être les Géorgiens pensaient alors avoir fait l’essentiel, mais les Welwitschias n’ont pas renoncé. Après un turnover dans le camp géorgien, Theuns Kotze est allé marquer en coin (74e). Avec sa transformation, le score est passé à (16-17). Mais la Géorgie n’a pas craqué malgré quelques turbulences dans les dernières minutes. 


Le joueur du match

Mamuka Gorgodze est à l'image de son équipe ce vendredi. Il n'a pas forcément été brillant, a perdu beaucoup de ballons (6 à lui seul), a beaucoup tenté (15 charges) mais a finalement réussi à trouver la faille. L'essai inscrit par le capitaine à la 49e minute a ouvert le compteur des siens, longtemps en échec. Cela a été le point de départ de cinq minutes productives qui ont suffi pour l'emporter. Le Toulonnais peut désormais avoir l'esprit à son club avec le sentiment du devoir accompli.



L'essai de Gorgodze en vidéo

Le fait du match

La Namibie a dû jouer sans son capitaine pendant 80 minutes, en comptant le temps additionnel prolongé du premier acte. Dès la 10e minute, Jacques Burger a été contraint de céder sa place sur blessure. Le plaqueur invétéré, très dur au mal, n'a cette fois pas pu continuer bien longtemps. Sans leur flanker de 32 ans, les Namibiens n'ont finalement pas tenu la distance. Pour Burger, il pourrait s'agir d'une triste sortie. Il n'a pas vraiment pu profiter de son 11e match de Coupe du Monde, un record pour un joueur de son pays. Et c'était peut-être son dernier s’il n’est pas remis pour affronter l’Argentine dimanche.