Dans l'actualité récente

VIDEO. Rétro France-Nouvelle-Zélande : la finale de la Coupe du monde 2011 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

'Contre-haka' de 2011 - Vincent Clerc : 'Les  Blacks étaient devenus nos spectateurs'
Par Loris BELIN|Ecrit pour TF1|2015-10-17T09:11:19.338Z, mis à jour 2015-10-17T11:43:02.440Z

Avant le quart de finale de Coupe du Monde entre la France et la Nouvelle-Zélande, il est temps de regarder dans le rétro… viseur. Retour sur la finale de la Coupe du Monde 2011, une des plus grandes frustrations de l’histoire du rugby français. Les Bleus affrontaient des Blacks qui devaient l’emporter devant leur public et finiront si près, si loin du trophée Webb-Ellis.

Le contexte 

Le XV de France à ce niveau, peu de monde l’annonçait. En phase de poules, les coéquipiers de Vincent Clerc ne rassurent pas malgré une opposition limitée. Moyens contre le Japon (47-21) et le Canada (46-19), ils se cassent les dents sur des All-Blacks irrésistibles. Brouillons et peu inspirés en première mi-temps, les Bleus s’inclinent 37-17 face au pays hôte. Mais le pire reste à venir avec une défaite face aux Tonga (14-19), une des surprises les plus retentissantes de l’histoire de la Coupe du Monde. Le sélectionneur Marc Lièvremont est plus contesté que jamais, on semble alors assister à une fin de cycle. La France affronte son meilleur ennemi anglais en quart et se rebiffe. A l’orgueil, les Français livrent leur meilleur match de la compétition et étouffent le XV de la Rose (19-12). La demi-finale contre le Pays de Galles est du même acabit, une rencontre tendue avec l’expulsion du capitaine gallois Warburton dès la 18ème minute. Les Bleus ne trouvent pas la faille mais sont héroïques en défense et profitent des manqués au pied du XV du Poireau pour l’emporter sur la plus petite des marges 9-8. La revanche face aux Blacks peut avoir lieu. 


Le match 

Amateurs de beau jeu, passez votre chemin. Cette finale est d’une intensité rare. Cadenassée, la rencontre est sous le signe de l’engagement et du défi physique. Les Bleus rentrent parfaitement dans leur finale et font douter les Blacks dans le premier quart d’heure. Le sortie sur saignement de Morgan Parra calme les ardeurs françaises et sur leur premier temps-fort, les néo-zélandais inscrivent leur premier (et dernier) essai par Woodcock. Heureusement, le buteur Weepu passe au travers de son match et manque des nombreux coups de pied dont la transformation. Les Bleus peinent à trouver les ouvertures et sont régulièrement pénalisés. Le score est minuscule à la mi-temps, 5-0 pour les locaux. La deuxième mi-temps est tout aussi fermée et âpre. Les Blacks rajoutent trois points sur une faute française à la 45ème (0-8). Ils ne marqueront plus le moindre point. Indisciplinés, les joueurs de l’Equipe de France compensent avec un cœur extraordinaire. Dominés, ils font malgré tout reculer les néo-zélandais et Dusautoir, capitaine courage, est récompensé en inscrivant le seul essai français (7-8, 47’). Les coéquipiers de Richie McCaw continuent malgré tout leur siège du camp français jusqu’au coup de sifflet final. Défaite 8-7, la déception est grande pour les Bleus qui ont tout donné. 

Le joueur 

Comme souvent contre les Blacks, Thierry Dusautoir a été le moteur de l’Equipe de France. Enorme en défense (21 plaquages), c’est lui qui a posé les fondations du mur de barbelés installé par les Bleus. C’est lui qui entretiendra l’espoir avec le seul essai français, en vain. Il n’aura pourtant pas démérité et sera élu meilleur joueur de l’année 2011. 

en savoir plus : Vincent Clerc