VIDEO. Le top 5 des marqueurs d'essais 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Julian Savea   Nouvelle Zélande
Par Louis Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-11-01T13:55:06.629Z, mis à jour 2015-11-01T13:55:06.629Z

Au cœur d’une compétition magnifique placée sous le signe de l’offensive, les finisseurs se sont régalés et ont fait le spectacle. Focus sur les cinq plus efficaces.

8 essais : Julian Savea, le bulldozer

Pour sa première Coupe du Monde, il était très attendu et il n’a pas déçu ! Avec ses huit essais, il a survolé le classement et a rejoint Jonah Lomu (1999) et Bryan Habana (2007) comme recordman du nombre d’essais marqués sur une seule édition. C’est d’ailleurs dans un style comparable à celui de son glorieux aîné que le jeune joueur des Hurricanes a fait des ravages en Angleterre. Surpuissant avec ses 106kg pour 1m92, il a systématiquement pris le dessus sur ses vis-à-vis dans l’affrontement direct. On retiendra de lui son essai exceptionnel contre la France où il a joué aux autos tamponneuses dans la défense bleue. Bien installé dans l’équipe championne du monde (40 sélections / 38 essais), il a déjà dépassé le mythique Jonah Lomu au nombre d’essais inscrits sous le maillot Black. À seulement 25 ans, il ne compte pas s’arrêter là et a dans le viseur le record de Doug Howlett (49 essais) et celui conjointement détenu par Lomu et Habana (15 essais en Coupe du Monde).




6 essais : Nehe Milner-Skudder, l’invité surprise

Retenu pour la première fois pas Steve Hansen durant le Rugby Championship, le jeune ailier n’était pas forcément attendu à pareille fête. Profitant de la blessure du phénomène Naholo, il s’est installé dans le XV Black en début de compétition pour ne plus lâcher le N°14. Arrière de formation, il s’est illustré dans un registre différent de son coéquipier. Moins puissant mais plus complet, il a démontré de réelles qualités d’évitement et de finisseur, se retrouvant souvent à la conclusion de mouvements d’envergure de son équipe. Scorant en quarts mais surtout en finale, il a montré sa capacité à être présent dans les grands moments. Auteur de 8 essais en autant de sélections, il a pris date pour l’avenir mais devra confirmer ces promesses à un poste où les Néo-Zélandais regorgent de talent.


5 essais : Bryan Habana, le recordman

Avec ces 5 réalisations, l’ailier Sud-Africain trône désormais au sommet de la hiérarchie des marqueurs d’essais en Coupe du Monde. Avec 15 essais en trois éditions, il est uniquement concurrencé par le légendaire Jonah Lomu. Toujours aussi efficace à 32 ans, la légende aux 64 essais en 117 sélections a encore porté son équipe durant la compétition. Bien plus qu’un simple finisseur, il est l’archétype de l’ailier complet. Dominateur dans les airs et imbattable en un contre un, il termine la compétition avec un ahurissant 100% de réussite au placage. Son seul regret sera certainement de ne pas avoir réussi à marquer ce sixième essai lors du match pour la troisième place. Encore incontournable chez les Springboks, il n’a sans doute pas fini de faire trembler les défenses avec comme objectif le record absolu du nombre d’essais en match international, 69, détenu par le Japonais Ohata. Il ne lui en manque plus que 5.


5 essais : Gareth Davies, l’opportuniste

Sacré destin que celui du demi de mêlée de Llanelli. Troisième choix de Warren Gatland avant la compétition, il a profité de la blessure de Rhys Webb et de la méforme de Mike Phillips pour s’imposer derrière le pack Gallois et réaliser une Coupe du Monde magnifique. Dynamique et réaliste, il a symbolisé cette équipe Galloise surprenante et combative dans l’adversité. Il restera pour l’éternité celui qui a poignardé l’Angleterre un essai magnifique en toute fin de rencontre, synonyme de victoire galloise et d’élimination anglaise. Seul joueur de notre classement à ne pas évoluer à l’aile, il a fait preuve d’un leadership étonnant malgré ses trois petites sélections avant la compétition et a sans doute gagné sa place de titulaire chez les diables rouges.


5 essais : Juan Imhoff, le funambule

Si son partenaire Cordero s’est révélé, l’ailier du Racing 92 symbolise mieux que personne cette magnifique équipe argentine qui a enthousiasmé le monde du rugby pendant cette compétition. Relanceur audacieux, déroutant par sa vista et ses crochets, il a donné le tournis à toutes les défenses qu’il a affronté. Redoutable finisseur, il a réalisé une prestation exceptionnelle face à l’Irlande en quart de finale avec un doublé d’anthologie. Cadre de l’équipe de Daniel Hourcade (35 sélections), il représente encore à 27 ans l’avenir des Pumas avec lesquels il pourrait tout à fait disputer la Coupe du Monde 2019 au Japon. L’occasion de faire grimper son compteur d’essais, pour l’instant bloqué à sept.