Le Bleu du jour, Frédéric Michalak 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Loris Belin|Ecrit pour TF1|2015-09-27T16:00:58.555Z, mis à jour 2015-09-28T14:15:49.284Z

Frédéric Michalak, c’est le joueur aux mille carrières. De l’ascension fulgurante et la gloire aux blessures et déceptions, l’ouvreur a tout connu. Alors que personne ne l’attendait il y a encore quelques mois, il est aujourd’hui un des hommes forts du système Saint-André.

Michalak en chiffres 

Né le 16 octobre 1982 

Taille : 1m80 

Poids : 87 kg 

Sa carrière en club 

Michalak, c’est avant tout l’enfant du Stade toulousain. Titulaire en finale du championnat de France à tout juste 18 ans, il a tout gagné dans la ville rose. Après des blessures, il tente de se relancer dans le Super Rugby de l’hémisphère sud et les Sharks de Durban en 2008. Son passage en Afrique du Sud est étincelant et il tente un retour à Toulouse. Les blessures et les méformes l’empêchent de revenir à son meilleur niveau. Un second exil chez les Sharks en 2011 le requinque et il signe son retour par la grande porte à Toulon. Mais à nouveau, les blessures au genou et surtout à l’épaule l’éloignent des terrains et son temps de jeu est diminué dans l’armada toulonnaise. Michalak a ainsi disputé 43 matchs depuis 2012 sur la Rade. 

Sa carrière chez les Bleus 

Comme en club, le parcours de Michalak sous le maillot bleu est chaotique. Démarré sur les chapeaux de roue avec une place de titulaire pour la Coupe du Monde 2003, le joueur n’est déjà plus un espoir mais une star internationale. Michalak y est impérial jusqu’en demi-finale où il se manque dans son jeu au pied, la France tombant sur l’Angleterre de Johnny Wilkinson à qui il était comparé. Il conserve tout de même sa place de titulaire pendant plusieurs saisons, disputant notamment la Coupe du monde 2007. Son retour manqué à Toulouse le fait descendre dans la hiérarchie de la charnière française et il n’est pas convoqué en 2011. On le pense fini mais son retour en fin de saison dernière lui entrouvre les portes de l’équipe de France. Sa performance remarquée contre l’Angleterre en préparation lui redonne ses galons de titulaire dans l’esprit de coach Saint André. Bleu à la plus longue longévité, il est devenu le meilleur marqueur de l’histoire de la sélection avec 422 points 

Ses points forts 

Très polyvalent, il peut évoluer indifféremment en demi de mêlée ou à l’ouverture. Si ses appuis ne sont plus aussi déroutants qu’en début de carrière, il a gagné en intelligence de jeu. Dans un bon jour, il reste un des joueurs qui sent le mieux le jeu, avec un flair naturel au-dessus de la moyenne. Sa renommée et sa « belle gueule » ont contribué à l’intérêt pour l’Equipe de France au-delà des habitués de l’ovalie. 


>CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER TOUS LES PORTRAITS DES BLEUS<