XV de France: Michalak n'a pas eu la fin rêvée 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Rugby - Coupe du monde 2015 - La détresse de Michalak - Nouvelle-Zélande - France
Par Lucile ALARD|Ecrit pour TF1|2015-10-19T17:27:49.471Z, mis à jour 2015-10-19T21:27:46.901Z

Talent immense du rugby français, Frédéric Michalak n'a pas eu la carrière souhaitée en Bleu. Sa sortie définitive sur blessure n'est pas l'épilogue dont il rêvait.

« Je me suis tout imaginé même une Coupe entre les mains. Mais je ne me suis pas imaginé sortir comme ça. » Frédéric Michalak lui-même n'en revenait pas. Le demi d'ouverture a quitté les Bleus sur une nouvelle blessure. Restera de ses adieux cette image : lui, quittant le terrain soutenu par deux membres du staff tricolore. Une sortie très loin de correspondre à ses rêves de gloire. Celui à qui on prédisait beaucoup au début de sa carrière ne soulèvera jamais le plus beau trophée du rugby. 


Quinze ans en bleu qui se terminent sur un ballon contré, un essai offert aux Blacks et un e cuisse qui couine. Quiconque connaît le talent du joueur de Toulon le regrettera, Michalak méritait mieux, beaucoup mieux. Mais cette sortie, c'est un peu un résumé de la carrière sous le maillot frappé du coq du demi d'ouverture. Toujours tortueuse, fait de haut, de très bas mais jamais de très haut. Il n'a que 18 quand on lui offre pour une première sélection. Le gamin n'est professionnel que depuis quelques mois. Mais la France tient un grand entre ses mains. 


Ignoré en 2011, il reprend les rênes en 2015

La suite ce sera une Coupe du Monde 2003 de premier plan jusqu'à la demi-finale catastrophique contre les Anglais. Une édition 2007 où il n'est pas titulaire mais où il fait basculer le quart de finale face aux All-Blacks. Et puis il y a 2011, que Michalak, ignoré royalement sous Liévremont, regarde devant son poste. Une histoire compliquée, on le dit, une histoire hachée aussi à laquelle il faut rajouter trois grands chelems dans le VI Nations. 

Son retour pour l'édition 2015 est un symbole. Michalak, malgré deux exils en Afrique du Sud n'a jamais oublié les Bleus. Ce trophée, il le veut : "Je suis revenu en France pour la Coupe du monde." Il a le talent et enfin la maturité pour atteindre les sommets. Avec un leader de cette espèce, le XV de France peut voir haut. Mais son talent ne peut pas suffire à éviter le désastre amené par le mandat de Saint-André. La suite on la connait, elle est faite d'un homme qui remonte le couloir du stade soutenu par ses soigneurs.

en savoir plus : Match Nouvelle-Zélande France