2015 : le boycott de la Nouvelle-Zélande ?

2015 : le boycott de la Nouvelle-Zélande ?
La participation à une Coupe du monde coûte cher, très cher. Ainsi, les Néo-Zélandais ont évoqué la possibilité d'un boycott du prochain rendez-vous planétaire prévu en Angleterre dans quatre ans. Avant d'en arriver là, les Néo-Zélandais souhaitent entamer des discussions avec l'IRB.

La Nouvelle-Zélande pourrait ne pas participer au Mondial 2015 organisé en Angleterre. Non, cette information n’est pas une plaisanterie au moment même où les All Blacks accueillent sur leurs terres l’édition 2011. Cette nouvelle sonne comme une véritable bombe puisqu’il apparait comme inimaginable que le XV frappé de la fougère puisse être absent de la plus grande compétition planétaire.


Le possible boycott s’explique par les restrictions commerciales imposées aux équipes et jugées trop drastiques par Steve Tew, le directeur général de la fédération néo-zélandaise. Pour autant, les discussions sont ouvertes. "Bien évidemment, cette solution serait en dernier recours. Notre position est de consulter, de collaborer et d'essayer de trouver une solution", a-t-il poursuivi sur les ondes de Radio New Zealand.


Un manque à gagner de 7,5 millions d’euros


Il a en effet expliqué que les dispositions commerciales actuelles s’avéraient très coûteuses pour les grandes nations. Et de poursuivre : "Les règles de l’IRB pénalisent les grandes équipes dans les années de Coupe du monde car elles voient leur calendrier de test-matchs réduit et elles ne sont pas autorisées à avoir leurs propres parraineurs. C'est mettre la pression sur nos finances et franchement, dans le contexte actuel, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de l'argent pour disputer une Coupe du monde."


Pour le Mondial actuel, le manque à gagner est estimé à 7,5 millions d’euros. Un chiffre considérable qui incite donc à une révision rapide des conditions actuelles. La plupart des grandes nations soutiennent cette démarche, elles qui sont aussi confrontées à ce problème. Le chiffre avancé sur le manque à gagner total serait compris entre 40 et 46 millions d’euros et s’explique par la baisse des revenus de télévision et des recettes aux guichets, le calendrier étant raccourci les années de Mondial.


S’inspirer du football


Pour sortir de cette impasse et toujours selon Steve Tew, la solution à trouver par l’IRB serait de "modifier les dates de la Coupe monde pour permettre un tournoi complet du Tri-Nations ou de donner plus d'argent pour les équipes qualifiées tout en assouplissant les règles actuelles de sponsoring qui privilégient les parraineurs de la Coupe du monde." Cela reviendrait en quelque sorte à s’inspirer des méthodes utilisées dans le football par la FIFA les années de Coupe du monde où se mêlent parraineurs du Mondial et des nations.


On le comprend aisément, des discussions seront forcément engagées et des solutions trouvées. Une évidence si l’on ne souhaite pas assister à un boycott du prochain Mondial par les Néo-Zélandais, aussi improbable soit-il.

Vidéos associées

News associées