Barcella, homme de paroles

Barcella, homme de paroles
Véritable miraculé, Fabien Barcella revient progressivement à la compétition. L'esprit libéré par ce retour en forme, le pilier gauche de Biarritz et du XV de France analyse le niveau de jeu actuel des Bleus avec beaucoup de lucidité.

On retrouve Fabien Barcella. Souriant, décontracté, blagueur, le pilier gauche du XV de France revit depuis qu'il a retrouvé les terrains. Le joueur sent qu'il progresse, physiquement, même s'il sait qu'il n'est pas encore revenu à son meilleur niveau. "Je n'avais pas été pleinement rassuré par la mi-temps que j'avais disputée en Irlande, explique-t-il, et j'avais encore un peu d'appréhension avant le match du Japon. Mais samedi dernier, je n'ai ressenti aucun coup de barre. Physiquement, j'étais bien sur le terrain. Je suis content aussi que ce se soit bien passé en mêlée, même s'il faut relativiser car ce secteur de jeu n'est pas le point fort des Japonais". Dimanche, face au Canada, le Tarn-et-Garonnais sera sur le banc, laissant sa place à Jean-Baptiste Poux. Une conséquence du roulement tous azimut effectué par Marc Lièvremont. Mais Barcella (27 ans, 14 sélections) devrait encore grappiller du temps de jeu, avec un coaching vraisemblablement effectif autour de la 50ème minute.


Un vrai miracle


"Entre l'Irlande et le Japon, cela a été le jour et la nuit, affirme-t-il encore. Je suis maintenant confiant pour la suite même si j'ai conscience que, dans les matchs qui arrivent, tout va aller de plus en plus vite". Pour lui qui n'avait plus joué depuis un an et demi avant son retour à Dublin, le miracle est donc en train d'opérer. Un vrai miracle. Car l'on se souvient aussi qu'il avait subi une grave blessure au tendon d'un coude dans le courant de l'été. Blindé par ce lourd passé, le joueur de Biarritz brille aujourd'hui par sa liberté de parole. Là où d'autres donnent dans la langue de bois, il ose, lui, reconnaître la vérité. Ecoutez-le commenter la victoire contre le Japon: "Nous avons eu du mal, nous étions crispés, nous ne sommes pas parvenus à nous libérer. Nous ne rentrions pas dans le ballon. Nous avons commis dix-sept en-avant, notre animation offensive a été très restrictive, notre défense n'a pas été bonne. Bref, nous avons été très défaillants. Pour remporter des victoires dans les matchs à venir, nous allons devoir produire tout autre chose".


"Nous sommes un peu dans le doute"


Barcella n'hésite pas non plus à mettre les pieds dans le plat. "Nous voulions vraiment jouer autrement mais nous sommes un peu dans le doute. A part les touches et les mêlées, ça n'a pas bien fonctionné. Lorsque l'on a vu jouer les Gallois, nous nous sommes dits que nous étions loin du compte. Le passé récent de cette équipe fait que le doute peut s'exprimer". Toutefois, le pilier tricolore refuse de tomber dans la sinistrose, à quelques jours d'une rencontre déjà capitale contre le Canada. "La Coupe du monde ressemble au Top 14. Toutes les équipes sont compétitives. On l'a vu avec les Roumains contre les Ecossais. Il faut donc relativiser notre premier match. Et puis quand on se plonge dans l'histoire de notre rugby en Coupe du monde, cela nous rassure un peu..."


News associées