Barcella : La prime au combat

Barcella : La prime au combat
Alors que des rumeurs annonçaient son éviction du groupe samedi, Fabien Barcella (27 ans, 13 sélections) a été conservé dans la liste des 30 partants pour la Coupe du monde. Une grande marque de confiance de la part du staff et un bonheur inespéré pour le pilier biarrot qui revient de très loin.

Juste après le coup de sifflet final et à quelques minutes de l'annonce au groupe des deux joueurs condamnés à rentrer chez eux, Fabien Barcella s'est présenté en conférence de presse samedi soir. Après 420 jours loin des terrains, le pilier biarrot venait de jouer quarante minutes avec les Bleus et il savourait son plaisir. Alors il affichait un large sourire. Savait-il déjà qu'il avait sa place dans l'avion pour la Nouvelle-Zélande ? Il certifiait que non :"Très franchement, rien n'a fuité. Même nous, on ne sait pas."


Très affable, souriant et décontracté, le joueur de 27 ans n'était visiblement pas alarmé – et encore moins agacé – par les rumeurs de son éviction du groupe parues dans la presse plus tôt dans la journée. "Je trouve ça rigolo parce que nous, on ne sait pas encore", s'amusait-il, assurant "ne pas se prendre la tête" malgré l'annonce imminente du verdict : "On boira une ou deux bières après et voilà. Si je viens à partir, je fêterai mon départ (rires) ! Franchement, je serais très déçu mais il y a pire dans la vie. Il y a un an, j'étais en béquilles à l'hôpital alors je relativise beaucoup."


Lièvremont : "Il sera prêt"


Fabien Barcella revient de très loin en effet. Victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche le 10 janvier 2010 puis du tendon d'Achille gauche le 15 août suivant, il n'avait plus joué depuis le 26 juin 2010 et un match en Argentine avec l'équipe de France. Et il s'était fait une très grosse frayeur le 2 août dernier à Marcoussis, en se rompant un tendon du coude gauche lors d'un entraînement. Mais le tendon n'étant pas sorti de sa gaine, il a pu cicatriser très rapidement. "Chanceux dans son malheur" comme il l'avait reconnu sur le coup, le joueur a réussi à être opérationnel ce samedi à Dublin. Ses efforts, incommensurables ces douze derniers mois, ont payé.


C'est une évidence, le Tarn-et-Garonnais n'est pas encore à 100% de ses moyens. Il a besoin de jouer encore et encore pour revenir à son niveau de 2009, quand il était considéré comme le meilleur gaucher du monde. Les deux premiers matchs du Mondial, contre le Japon et le Canada, devraient permettre de lui donner ce temps de jeu dont il manque. Marc Lièvremont l'a confirmé dimanche lors de l'officialisation de son groupe : "Un an d'absence, ce n'est pas rien, particulièrement à ce poste. Il supporte d'énormes charges de travail alors il sera mieux la semaine prochaine et encore mieux dans quinze jours. Il a besoin de rythme, il faudra qu'il joue, mais à mon sens il sera prêt." En le conservant dans la liste des 30, le sélectionneur a envoyé un signe très fort au joueur. "Dès le départ, j'ai affirmé qu'à mon sens les deux meilleurs piliers gauches de France étaient Domingo et Barcella. J'ai essayé d'en réintégrer un des deux." A lui maintenant d'être à la hauteur de la confiance qui lui est témoignée.


Vidéos associées

News associées