Les Blacks salivent déjà

Les Blacks salivent déjà
Les Néo-Zélandais sont plutôt enthousiastes à l'idée de retrouver l'équipe de France au premier tour de la prochaine Coupe du monde. Sans évoquer de revanche après leur défaite de Cardiff en 2007, les Blacks voient plutôt dans ce match un moyen idéal de r

France-Nouvelle-Zélande, c'est un classique de la Coupe du monde. En six éditions, Bleus et Blacks se sont déjà affronté à quatre reprises. Il faut même remonter à 1995 pour trouver trace d'une édition sans confrontation entre les deux pays. Première certitude du Mondial 2011, il y aura un cinquième duel dans trois ans, puisque les Français sont tombés dans la poule des Néo-Zélandais au premier tour, lors du tirage au sort effectué lundi, à Londres. On l'a vu, les Tricolores sont plutôt satisfaits de ces retrouvailles précoces. Et les Blacks?


Visiblement, dans le camp du pays hôte, on a également accueilli ce tirage comme une bonne nouvelle. "Le côté France contre All Blacks de cette poule est fascinant et va susciter l'intérêt. C'est bien de les affronter en poules quand tout ne dépend pas de la victoire", a déclaré Graham Henry, le sélectionneur néo-zélandais. "Si le match d'ouverture est un France-Nouvelle-Zélande, ce serait très bien. Donnons-lui du prestige ", a-t-il poursuivi. Il faudra pour cela attendre le mois de mars ou avril 2009, quand le calendrier détaillé de la compétition sera révélé. Habituellement, le pays hôte débute contre la troisième équipe du groupe. Mais Martin Snedden, patron de l'organisation, a laissé entendre qu'une ouverture en fanfare face à la France serait difficile à refuser...


"Une vraie fête"


Les All Blacks pourraient donc débuter la Coupe du monde 2011 comme ils ont achevé celle de 2007, par un match face au XV de France. Le quart de finale perdu face aux Bleus restant à ce jour le plus cuisant échec de la Nouvelle-Zélande en Coupe du monde, les retrouvailles auront forcément un parfum particulier. Sans parler de revanche, les joueurs sont plutôt excités, voire enthousiasmés à l'idée de retrouver la France. "Ca va être énorme ", s'emballe Keven Mealamu. Le talonneur est surtout heureux que ce match se tienne sans qu'il soit décisif pour la suite du tournoi. "Il n'y aura pas l'aspect dramatique de l'année dernière. Quoi qu'il arrive, les deux équipes auront encore un avenir dans le Mondial après ce match. Ce sera donc une vraie fête, mais pas une revanche."


A les entendre, les Blacks ont donc bien digéré l'affront de Cardiff. "Oui, c'est enterré, jure Mealamu. Les 12 derniers mois ont été très difficiles, mais avec le Grand Chelem que nous venons de réaliser face aux Britanniques, nous avons pris un nouveau départ", estime-t-il. Mais ils ne feignent pas d'ignorer l'aspect symbolique de la rencontre. "Vu notre passé récent contre les Français, je me doute que tout le monde va nous parler d'ici 2011 de ce qui s'est passé en 1999 et 2007 ", sourit le capitaine Richie McCaw.


News associées