Bleus : L'onde de choc

Bleus : L'onde de choc
L'éviction de Yoann Huget du groupe France n'a pas surpris que le grand public. Les joueurs du XV de France, pour la plupart, ont eux aussi été abasourdis en apprenant la nouvelle jeudi matin au petit déjeuner. L'équipe se dit "choquée" mais veut afficher son soutien à l'ailier bayonnais.

Jeudi matin, lors de l'entraînement ouvert à la presse, rien ne paraissait vraiment inhabituel. Les trois-quarts enchaînaient les exercices dans une franche bonne humeur alors que Vincent Clerc, encore protégé en raison d'une intervention sur son genou droit, observait ses coéquipiers. L'absence de Yoann Huget n'était pas passée inaperçue mais l'ailier bayonnais était officiellement "ménagé". Puis la rumeur d'un problème lié au dopage est peu à peu montée en cours de matinée, renforcée par l'annonce d'une conférence de presse dirigée par le président de la FFR Pierre Camou. Quelques minutes avant l'officialisation de la nouvelle, notre site internet confirmait l'éviction de l'ailier bayonnais.


"Un coup de massue pour tout le groupe", concédait le sélectionneur Marc Lièvremont venu, pour la première fois, rencontrer la presse deux fois dans la même semaine. Malgré la bonne ambiance apparente de la séance d'entraînement, les Bleus se disent choqués. "Quand cela nous a été annoncé, on a senti, dans les regards, les regrets et la déception", témoigne Damien Traille. "Nous avons tous été abattus, confirme Fulgence Ouedraogo. Tout le monde est triste pour Yoann, c'est un énorme coup dur pour lui." "Il a décidé de quitter le groupe en anticipant ce qui pouvait se passer, c'est quelque chose de très courageux et on ne peut que le soutenir, a pour sa part déclaré le capitaine Thierry Dusautoir. C'est un problème administratif qui l'a amené dans cette situation. C'est d'autant plus dur pour lui que c'est un joueur sain".


"L'équipe est profondément touchée"


Une solidarité sans faille affichée, dès l'officialisation de la nouvelle, par Pierre Camou également : "Je veux lui dire que je comprends et que partage sa peine. Pour tout joueur, c'est un déchirement de ne pouvoir porter le maillot de la France." La présence de Mathieu Blin, président de Provale, aux côtés de Camou et d'Huget au moment de cette annonce témoignait, elle aussi, du soutien exprimé par l'ensemble du rugby professionnel français.


Le comportement de l'ailier bayonnais à l'occasion de cette crise a été apprécié par tous. "Je tiens tout de suite à saluer l'attitude courageuse, responsable de Yoann face à cette situation douloureuse", a insisté Camou, avant que Lièvremont ne se félicite lui aussi de la discrétion de son joueur : "Je le trouve très costaud, il a continué à s'entraîner avec le reste du groupe sans rien dire à personne, ou presque." Ce qui n'a fait que renforcer l'effet de surprise de ses coéquipiers. "Yoann n'a rien dit ces derniers jours pour ne pas perturber le groupe, c'est tout à son honneur et cela prouve que c'est quelqu'un de très bien, reprend Ouedraogo. L'équipe est profondément touchée. Il est aimé de tous alors c'est perturbant, forcément. Mais j'espère que ce choc va nous resserrer encore plus."


C'est ce que tout le monde attend, en effet. Personne ne sera appelé pour remplacer Yoann Huget dans la liste des trente. Il a quitté Marcoussis ce jeudi dans l'après-midi et la vie a repris son cours. "Epiloguer ne sert à rien, conclut Aurélien Rougerie. Maintenant, il faut tourner la tête et regarder devant. On pensera à lui."


Vidéos associées

News associées