Bleus : Encore et toujours souffrir

Bleus : Encore et toujours souffrir
Dès le début du deuxième stage du XV de France au domaine de Falgos, le sélectionneur Marc Lièvremont a voulu rappeler que la préparation physique n'était pas terminée. Les joueurs doivent continuer à s'affûter tout en pensant à assimiler le projet de jeu. La semaine s'annonce rude.

Après cinq jours de repos bien mérités, les Bleus ont repris le chemin de l'entraînement dès lundi après-midi lors de leur arrivée sur le domaine de Falgos, situé à 1100 mètres d'altitude dans les Pyérénées-Orientale. Une semaine qui doit permettre au XV de France de prendre un nouveau virage dans sa préparation avec l'apprentissage du projet de jeu.


Pourtant, les joueurs français ont débuté leur journée de mardi par une séance de musculation et Marc Lièvremont a tenu à prévénir l'ensemble du groupe sur le contenu de cette quatrième semaine de préparation : "Nous avons beaucoup insisté sur la partie rugby mais la préparation physique est loin d'être terminée. Il est vrai que les séances consacrées au projet de jeu vont être plus intensives mais les joueurs ne doivent pas se dire qu'ils vont maintenant jouer à la baballe." Loin de là selon le patron tricolore qui a promis à ses protégés qu'ils seraient "des autres hommes" avant leur départ pour la Nouvelle-Zélande.


Lièvremont : "On a du temps"


Effectivement, le travail physique est toujours présent à Falgos et les joueurs ont dû vite oublier les cinq jours de "vacances" accordés la semaine précédente. "Cinq jours prévus pour se reposer, confiait le préparateur physique Laurent Arbo ce mardi, car nous allons attaquer très dur cette semaine." Dernière ligne droite dont la ligne d'arrivée n'est néanmoins plus très loin. "Nous avons beaucoup travaillé l'explosivité mais nous avons aussi eu la volonté de développer la force, poursuvait un Marc Lièvremont satisfait des premiers résultats. Je sens que physiquement, nous sommes pas loin d'être prêts pour le premier match amical le 13 août."


Reste que le physique ne fera pas tout mais le sélectionneur n'est pas inquiet sur l'assimilation du projet de jeu : "On a du temps mais il est certain que j'aimerais que certaines choses fonctionnent le 13 août prochain." C'est pour cela que les séances collectives dédiées au rugby devraient être aussi éprouvantes que les séances consacrées au travail physique cette semaine à Falgos.


News associées