Bleus: Un match (in)suffisant

Bleus: Un match (in)suffisant
Les Bleus se sont fait très peur samedi au North Harbour Stadium. Alors qu'ils assuraient ne pas sous-estimer les Japonais, ils ont été surpris par les qualités de leurs adversaires durant la rencontre. Pourquoi ? Marc Lièvremont et les joueurs livrent quelques explications.

Ils l'avaient pourtant rabâché toute la semaine. Aux questions de la presse sur ces Japonais qui ne faisaient peur à personne en France, les Bleus n'avaient de cesse de louer leurs "progrès" ces dernières années, leur "bon jeu de ligne" ou leur mêlée "pas si mauvaise que ça". Bref, ils insistaient sur la nécessité absolue de faire preuve d'"humilité" à l'occasion de ce premier match.


Pourtant, après les défaites historiques en Argentine, contre l'Australie et en Italie, on s'est demandé si cette équipe n'allait pas entrer à nouveau dans la légende en concédant le premier revers du XV de France face au Japon. A la 70e minute de jeu, les Tricolores menaient de quatre points seulement. Méconnaissables et complètement désorganisés, ils ont évolué largement en-deçà du niveau requis pour prétendre à un sacre mondial. "Je ne sais pas si on aurait pu perdre le match mais je l'ai envisagé, concède Marc Lièvremont. En tout cas, on a su bien finir et remettre les choses en place sur des mouvements assez simples travaillés à l'entraînement." . Cette réaction intervenue lors des dix dernières minutes ne suffit pas à faire oublier leur mauvaise performance générale toutefois.


"On s'est vu trop beau"


Comment expliquer une telle absence alors que les Français se montraient si méfiants ces derniers jours ? "C'est une bonne question. Si vous avez la réponse, je veux bien que vous me la donniez parce que nous, on ne l'a pas trouvée, répond Aurélien Rougerie. Nous étions prévenus mais nous avons quand même été surpris par leur vitesse d'exécution. On savait qu'ils allaient vite, mais pas à ce point." Marc Lièvremont a pour sa part une autre explication : "A mon sens, nous avons été suffisants. C'est arrivé à pas mal de rugbymen dans le passé, sauf qu'il s'agissait là d'un premier match de Coupe du monde et que ce type de comportement aurait pu nous coûter très cher à l'heure de jeu."


Les joueurs, qui "se sont mis le bordel en jouant à la baballe" selon Rougerie, reconnaissent leurs torts. "On s'est vu trop beau", admet Fabrice Estebanez. Pour David Marty, "le score ne reflète pas le match. C'était compliqué et on va essayer de comprendre pourquoi. Physiquement on était bien, on n'a aucune excuse. C'est de notre faute si ça été difficile alors on assume." Après tout ça, on ne peut s'empêcher de penser que, quand ils évoquaient la menace japonaise avec tant d'ardeur cette semaine, les Bleus tentaient d'abord de se convaincre eux-mêmes.


Vidéos associées

News associées