Galles-Afrique du Sud : l'excitation palpable des Gallois

Galles-Afrique du Sud : l'excitation palpable des Gallois
En conférence de presse, les Gallois Dillon Lewis et Rhys Carre n'ont pas caché leur enthousiasme avant d'affronter l'Afrique du Sud en demi-finale de la Coupe du monde.

Dillon Lewis sur le quart de finale Galles-Afrique du Sud : "C'est le genre d'opportunités qui font que le rugby est un sport excitant. Nous savons que ce sera un énorme challenge de ce point de vue, mais encore une fois, nous sommes tous très motivés. Si quelqu'un m'avait dit il y a un an que je serais en position de disputer une demi-finale de Coupe du monde, je me serais sans doute pincé pour y croire. C'est une expérience invraisemblable."

Rhys Carre sur le quart de finale Galles-Afrique du Sud : "Cette demi-finale va être un défi immense pour nous. Nous savons que les Springboks placent leur fierté dans leur paquet d'avants et un jeu physique. Charge aux huit avants qui commenceront pour nous et aux cinq qui entreront de rivaliser.

La plupart d'entre nous n'a jamais participé à une rencontre de cette dimension. Et quand je dis la plupart, peut-être qu'en réalité cela concerne l'ensemble de notre groupe. Nous avons tous des papillons dans le ventre à l'approche du coup d'envoi. On n'en peut plus d'attendre ce week-end.

Nous attaquerons ce match avec une grande confiance dans notre potentiel et nos capacités. Nous aurons 80 minutes pour gagner une place en finale de la Coupe du monde, il n'y a rien que l'on peut désirer de plus que ça !"

Les deux joueurs gallois sont également revenus sur le quart de finale Galles-France, remporté d'un point (20-19).

Dillon Lewis sur Galles-France : "Pendant cinquante minutes, face aux Français, tout était terminé. Nous devions être à la maison dès lundi. Sauf que nous ne voulions pas rentrer".

Rhys Carre sur Galles-France : "Je crois que cette équipe a montré toutes ses facultés de résilience. Il y a quelques années, nous aurions perdu ce quart-de-finale contre la France. Mais nous avons effectué un tel chemin depuis 18 mois... Aujourd'hui, tant que le ballon est encore en vie et qu'il reste du temps au chrono, nous pouvons gagner le match."

Vidéos associées

News associées