Lamaison: "La peur au ventre"

Lamaison: "La peur au ventre"
Titou Lamaison a accepté de décrypter la demi-finale entre la France et le pays de Galles. Les rencontres entre les deux nations ont toujours eu une saveur particulière. L'ancien ouvreur international le confirme, lui qui avait inscrit 16 points lors du succès historiques (51-0) en 1998.

Christophe, quel regard portez-vous sur cette rencontre ?

Christophe LAMAISON : On savait avant de disputer cette rencontre que ce serait compliqué pour nos Français. Les Gallois ont prouvé depuis le début de la compétition qu’ils étaient sérieux, appliqués et enthousiastes. C’est sans doute l’équipe qui a proposé le plus joli jeu. Mais au rugby, même si tu développes de beaux mouvements, tu peux perdre et c’est ce qui s’est passé.


Le carton rouge reçu par Sam Warburton (pour un plaquage cathédrale sur Vincent Clerc, NDLR) a complètement changé la physionomie de la rencontre…

C.L : M. Rolland a pris ses responsabilités. Quand on revoit l’action au ralenti, on ne peut pas lui donner tort mais c’est vrai que ce carton change le match. Warburton n’est pas n’importe quel joueur, c’est le capitaine du pays de Galles et qui plus est un excellent troisième ligne. Il y a clairement eu un gros déséquilibre pendant plus d’une heure.


Qui ne s’est pas traduit par une emprise sur la partie des Français…

C.L : Les Français sont entrés dans une phase de gestion au lieu d’essayer d’enfoncer le clou. Même si les Gallois ont été galvanisés par cette expulsion, ils ont laissé des forces dans le combat. A 15 contre 14, les Bleus ont été troublés dans leur façon de voir les choses. Non pas qu’ils se sont vu trop beau et en finale mais je pense qu’ils ont joué la peur au ventre en se disant qu’ils n’avaient pas le droit de perdre cette rencontre. Les hommes de Marc Lièvremont ont laissé tomber les prises d’initiatives. Cela s’est vu au travers des nombreuses chandelles tapées. Cette rencontre ressemble un peu à celle que l’on voit en Top 14 où les équipes jouent pour ne pas perdre. J’aurais aimé que Morgan Parra passe son drop en début de seconde période. Cela aurait sans doute aidé le groupe à relâcher un peu de pression et jouer plus libérer.

Beaucoup s’emportent sur la manière dont a été obtenue cette victoire, qu’en pensez-vous ?

C.L : L’important c’est que l’équipe de France soit en finale ! C’est pour cela que les gars jouent au rugby, pour vivre de tels moments. Certains peuvent être aigris sur le contenu, c’est une réaction légitime à chaud mais derrière cela, la France va jouer la finale de la coupe du Monde. On pourra toujours écrire qu’ils n’ont pas été bons mais dimanche prochain, ce seront eux sur le terrain et pas les Gallois.

News associées