Le bulletin de notes de la poule A

La poule du Japon, le pays hôte nous a réservé une belle surprise que l’on présentait. Qui a brillé qui s’est planté ? Passage en revue des cinq équipes

Bienheureux celui qui aurait pu prédire l’ordre exact de cette poule, avec le recul de la folle journée japonaise d’hier, retour à froid sur cette poule.

Le bon élève (mention TB) : Japon (1er, 19 points)

C’est la grosse surprise de ce mondial ! On attendait les Japonais à la limite deuxième de ce groupe mais leur victoire contre l’Irlande (19-12) leur a ouvert de grandes perspectives et la possibilité de finir en tête d’une poule qu’on leur annonçait inaccessible. Tout avait bien commencé par une victoire poussive mais bonifiée (30-10) face aux Russes. Les Brave Blossoms avaient paru empruntés mais par quelques éclairs s’étaient sortis du piège. Sûrement la tension d’un match d’ouverture de coupe du monde à domicile… La suite ? Un match incroyable de gestion face à l’Irlande, une victoire bonifiée acquise facilement contre les Samoa et en apothéose, le scalp des Écossais avec bonus offensif pour terminer et s’adjuger la première place. 19 points pris sur 20 possibles, meilleur total des premiers avec le Pays de Galles et un choc face à l’Afrique du Sud à venir en quarts. Il va dorénavant falloir composer avec le Japon et ne plus parler d’exploits tellement leurs performances sont devenues habituelles. Dans un collectif comme celui des nippons, difficile de ressortir des individualités mais mention spéciale aux deux ailiers Kotaro Matsushima (5 essais) et Kenki Fukuoka (4 essais) qui ont fait voler en éclats toutes les défenses qu’ils ont rencontré.

Peut mieux faire (mention AB) : Irlande (2e, 16 points)

Disons que les Irlandais ont assuré l’essentiel en se qualifiant comme l’on s’y attendait. Mais, forts de leur première place au classement mondial en début de compétition, nous aurions espéré mieux du rouleau compresseur du XV du Trèfle. La défaite face au Japon terni le bilan et a éteint les belles ambitions de jeu entrevues lors de la victoire initiale contre l’Écosse (27-3). En assurant contre les Samoa et la Russie, l’Irlande a limité la casse mais devra retrouver directement les All-Blacks dès les quarts de finale et son aventure pourrait se terminer plus vite que prévu.

Passable (sans mention) : Écosse (3e, 11 points), Russie (5e, 0 point)

Ah le cas écossais ! C’est un sentiment bizarre qui doit habiter les suiveurs du XV du Chardon ce matin… Éliminé après deux revers, c’est seulement la deuxième fois depuis la création de la coupe du monde que l’Écosse ne prend pas le chemin des quarts. La dernière fois c’était en 2011. La défaite inaugurale face à l’Irlande ne laissait rien présager de bon et dos au mur, le XV du chardon n’a pas existé dans la première mi-temps face au Japon. Résultat, un retour à la maison plus rapide que prévu mais une qualification pour 2023.

Le deuxième élève qui peut être satisfait de son mondial malgré son total de point qui n’a pas pris une seule unité est la Russie. Les coéquipiers de Vasily Artemiev, l’arrière à la moustache, peuvent se targuer de n’avoir jamais fermé le jeu et ont offert de belles rencontres aux suiveurs de la coupe du monde.

Recalé : Samoa (4e, 5 points)

Les Samoans n’ont rien montré sur ce mondial. Leur victoire face aux Russes est issue d’une domination physique incontestable mais les îliens n’ont pas pris le tournant du rugby moderne et restent sans imagination dès que le jeu s’accélère. Le Clermontois Tim Nanai-Williams semble bien seul à vouloir créer dans cette équipe.

Vidéos associées

News associées