Les notes de la Nouvelle-Zélande, une charnière au fond du seau

Les notes de la Nouvelle-Zélande, une charnière au fond du seau
Les All-Blacks n’ont pas existé face aux anglais et la charnière a complètement failli

Joe Moody (4) : On ne l’a pas vu dans le jeu courant. Lui, le pilier hyper mobile a trop peu existé dans une rencontre de ce niveau et de cette intensité. Il a même été pénalisé en mêlée.

Codie Taylor (4) : Il a fait son boulot sur les lancers mais a trop subi dans le jeu courant… Que dire de sa prestation ? Il a donné l’impression d’être absent sans jamais pouvoir changer les choses. Il nous a habitués à mieux…

Nepo Laulala (3) : Invisible dans le jeu, il n’a pas su apporter sa force de percussion pour franchir la ligne d’avantage. Propre en mêlée sans plus, il a souffert de la comparaison avec Mako Vunipola.

Brodie Retallick (4) : De retour de blessure face à la Namibie, la Nouvelle-Zélande comptait sur lui pour aller au bout et aujourd’hui il s’est fait prendre dans tous les compartiments du jeu par son adversaire direct Maro Itoje. Le soldat Retallick était trop léger aujourd’hui.

Sam Whitelock (3) : Encore un joueur qui aura souffert de la comparaison par rapport à Maro Itoje. A cela, Whitelock a ajouté de la frustration. Coupable d’une gifle sur Owen Farrell pendant une période de domination, le géant a perdu ses nerfs. Ce geste d’humeur est peut être même un des tournants du match.

Scott Barrett (3) : Titularisé en troisième ligne pour apporter en touche sa taille, il a souffert face à la vitesse anglaise. Invisible pendant tout le temps où il est resté sur la pelouse, le choix tactique de sa titularisation par Steve Hansen s’est révélé un calvaire.

Ardie Savea (5) : Le seul All-Black a surnagé dans le paquet d’avants. Son essai le récompense d’une activité impressionnante tant en attaque qu’en défense. S’il y avait eu 15 Savea sur le terrain, le sort du match aurait pu être changé.

Kieran Read (4) : Le gouvernail du paquet d’avant all-black n’a pas su diriger ses troupes. En tête du haka, il a essayé d’insuffler de l’avancée mais n’a pas réussi. Un match en deçà de son niveau comme le reste de son équipe.

Aaron Smith (3) : Il n’a jamais su mettre de la vitesse dans le jeu des néo-zélandais même si son pack n’était pas dominant. Pas dans le bon rythme, sa prestation est terne et a entraîné son équipe vers le bas.

Richie Mo’ounga (2) : On l’attendait pour son premier grand match au niveau international et il a complètement failli. Peu aidé par son demi de mêlée il n’a jamais su inverser la pression par du jeu au pied. Il a complètement disparu de la circulation au fur et à mesure de la rencontre. Un non-match.

George Bridge (4) : Il a été sevré de ballons et n’a pas eu grand-chose à faire. Propre en défense, il a souffert en attaque et n’a jamais progressé.

Anton Lienert-Brown (4) : Face à Owen Farrell il passait un vrai test et celui-ci n’a absolument pas été concluant. Il n’a jamais su insuffler de l’avancée pour son équipe et n’a pas soulager Mo’ounga comme il aurait dû le faire.

Jack Goodhue (5) : La valeur sûre des Blacks depuis le début du tournoi a continué à l’être aujourd’hui. Il a souvent joué dans le bon tempo quand le ballon arrivait dans ses mains. Un bon Jack Goodhue mais cela n’a pas suffi pour les Blacks.

Sevu Reece (3) : Il vendange une énorme occasion d’essai par égoïsme sans voir son coéquipier à l’intérieur. Il a ensuite semblé hors du match sans vraiment exister. Un non-match pour un ailier.

Beauden Barrett (4) : Le facteur X de l’équipe n’a pas réussi à faire tourner la rencontre à son avantage. Il a pourtant essayé jusqu’au bout avec une énorme relance depuis son en-but mais son positionnement à l’arrière l’a un peu bridé. Il a tenté de venir soutenir Mo’ounga sans trop de réussite…

Vidéos associées

News associées