Lièvremont : "L'équipe doit progresser"

Lièvremont : "L'équipe doit progresser"
Malgré le contexte difficile qui attendra les Bleus à l'Aviva Stadium ce samedi à Dublin, le sélectionneur Marc Lièvremont attend une amélioration par rapport au match à Bordeaux. Surtout, il ne souhaite pas que l'annonce de la liste définitive des 30 dimanche perturbe son groupe.

Espérez-vous un meilleur match que la semaine dernière malgré les nombreux changements effectués dans le groupe ?


Marc LIEVREMONT : Oui. Même s'il ne s'agira pas de la même équipe, le groupe compte une semaine de travail en plus alors j'espère qu'il va progresser et tenir compte des manquements de samedi dernier. Au-delà des performances individuelles et même si le contexte sera certainement plus délicat qu'à Bordeaux, l'équipe doit progresser.


L'équipe d'Irlande, remaniée elle aussi, devrait offrir une autre opposition sur son terrain. Qu'attendez-vous de leur part ?


M.L. : On s'attend à une grosse adversité. Les Irlandais ont déjà joué trois matchs, en comptant celui contre le Connacht, et deux d'entre eux n'ont pas été au goût de leur entraîneur. Ils ont besoin de se rassurer alors je pense qu'on sera bien reçu...


Y a-t-il une raison que le coup de pompe subi par les joueurs à la demi-heure de jeu la semaine dernière n'ait pas lieu cette fois ?


M.L. : Ce n'était certainement pas qu'un coup de pompe physique et physiologique. Il vient aussi du fait que les Irlandais se sont réveillés et que, de notre côté, nous avons mal abordé la deuxième mi-temps. Ce n'est pas la première fois que ça nous arrive alors nous avons sensibilisé les joueurs là-dessus. J'espère qu'ils seront mieux physiquement. L'idée, c'est quand même d'être au top dans trois semaines et de progresser également lors des deux premiers matchs de poule.


Vous devez annoncer votre liste définitive dimanche. Avez-vous senti une tension des joueurs cette semaine à ce sujet ?


M.L. : On peut le penser. D'une manière générale, ceux qui ont débuté à Bordeaux ont fait un bon match alors il y a eu une certaine émulation. Ceux qui n'y étaient pas étaient déçus de ne pas jouer le dernier match en France et veulent marquer leur territoire en quelques sortes. Mais si on doit commencer à avoir la trouille avant un match amical contre l'Irlande, qu'est-ce que ce sera face aux All Blacks à Auckland ? C'est bien de jouer dans ce contexte.


Certains, comme Jean-Baptiste Poux, affirment avoir le sentiment qu'ils joueront peut-être leur place au Mondial à l'Aviva Stadium...


M.L. : C'est lui qui le dit. Il l'a peut-être jouée la semaine dernière déjà... On n'est pas dans la tête des joueurs et vous n'êtes pas à l'intérieur du groupe. Vous ne savez pas.


Ce match va-t-il compliquer vos choix en tout cas ?


M.L. : Non. Il y a les matchs, bien sûr, mais ça fait quand même huit semaines qu'on est ensemble. Une tendance se dégageait avant les matchs. Les joueurs connaissaient la règle de départ et tout le monde s'y est "filé" pendant deux mois. Quoi qu'il arrive, ce sera injuste que l'un d'entre eux nous quitte mais c'est comme ça.


Vidéos associées

News associées