Lièvremont : "Un choix difficile"

Lièvremont : "Un choix difficile"
Ce dimanche à Dublin, Marc Lièvremont a livré sa liste définitive des 30 joueurs qui partiront disputer la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Il a confirmé l'information révélée par notre site dès samedi soir : ce sont les piliers Thomas Domingo et Sylvain Marconnet qui quittent leurs coéquipiers.

Pourquoi avoir choisi de vous séparer de Domingo et Marconnet ?


Marc LIEVREMONT : On savait depuis le début que ce serait un choix médical, sportif et humain difficile. Ça a été le cas pour Domingo d'une part, à qui j'ai appris en début de semaine qu'il ne venait pas avec nous. Il s'y attendait. Il n'y a pas de regrets d'avoir misé sur Thomas qui est un garçon charmant, qui s'y est filé, tout en sachant que ce serait compliqué. Il est apte à reprendre la compétition avec son club. Pour Sylvain, c'est plus compliqué parce qu'il a suivi toute la préparation avec nous. J'ai dit dès le départ, qu'à mon sens les deux meilleurs piliers gauches de France étaient Domingo et Barcella. J'ai essayé d'en réintégrer un des deux. C'est le cas pour Fabien qui a joué 40 minutes. Il n'est pas à son meilleur niveau mais a fait une rentrée intéressante. J'ai annoncé la nouvelle à Sylvain en début d'après-midi avant le match. Je sentais des garçons très stressés, comme Guirado ou Poux. J'ai aimé l'investissement de tout le monde et de garçons que je connaissais moins, comme Jean-Baptiste ou Guilhem. Nous partirons avec ce groupe que je juge le plus compétitif.


Pourquoi Marconnet n'a-t-il pas eu sa chance samedi soir ?


M.L. : Il a évolué la semaine dernière et il fallait faire jouer Barcella. J'avais déjà des tendances depuis plusieurs semaines... Au-delà des matchs, il y a eu deux mois de préparation pour se décider. J'ai fait un choix. Je ne vais pas rentrer dans les détails en disant qu'il a été moins bien dans tel ou tel secteurs. J'ai été surpris par Poux, qui a beaucoup progressé, ou encore par Ducalcon, qui a un gros potentiel et s'est lui aussi amélioré. C'est peut-être moins le cas pour Sylvain.


On n'a pas vu Fabien Barcella à son meilleur niveau samedi. Pourquoi l'avoir choisi ?


M.L. : Ça fait un an qu'il n'a pas joué, c'est normal. William Servat, aussi, est blessé et ne sera pas à 100% directement. On parle de potentiel là, de miser sur le fait que ces deux joueurs seront beaucoup mieux dans quelques semaines. Fabien est un immense bosseur. Un an d'absence, ce n'est pas rien, particulièrement à ce poste. Il supporte d'énormes charges de travail alors il sera mieux la semaine prochaine et encore mieux dans quinze jours. Il a besoin de rythme, il faudra qu'il joue, mais à mon sens il sera prêt. Il n'est pas encore au niveau des autres physiquement, mais on fera le point un peu plus tard dans la compétition. Comme avec Servat.


Savait-il qu'il était retenu dans le groupe avant le match samedi ?


M.L. : Non je ne lui avais pas dit. Sylvain m'a demandé de ne pas en parler et souhaitait que j'annonce son départ en sa présence. Thomas le savait. Sylvain, hier soir après le match, s'est exprimé devant ses coéquipiers.


Etes-vous libéré d'avoir annoncé votre décision ?


M.L. : Non, il y a de la déception. Tous les joueurs, notamment les coéquipiers de Sylvain, ont été affectés. De la même manière que le groupe avait été touché par le départ de Yoann Huget, il est affecté. Sylvain était très apprécié par le groupe. Il est extrêmement déçu, m'en veut certainement et c'est normal. C'est une situation difficile.


Retrouvez lundi dans Midi Olympique une analyse complète sur la liste des 30 joueurs français retenus pour la Coupe du monde...


News associées