Mas et Harinordoquy, cadres supérieurs

Mas et Harinordoquy, cadres supérieurs
En titularisant Nicolas Mas et Imanol Harinordoquy, Marc Lièvremont a voulu apporter de l'expérience (et du vice) à son équipe pour venir à bout des Anglais. Malgré la défaite contre les Tonga, ce sont les deux seuls changements dans le XV de départ pour le quart de finale de samedi (9h30).

En rugby comme ailleurs, il est des évidences. Le fait d'aligner Nicolas Mas et Imanol Harinordoquy pour un quart de finale de Coupe du monde face aux Anglais en est une, bien que le pilier perpignanais ne totalise que 80 minutes de jeu depuis le début de la compétition et que le troisième ligne biarrot ait ciré le banc de touche trois matchs sur quatre.


Pourquoi sont-ils si indispensables aujourd'hui ? Les raisons sont diverses. Nicolas Mas aurait été plus utilisé durant les matchs de poule s'il n'avait pas été victime d'une lésion musculaire aux ischio-jambiers le 16 septembre à l'entraînement. Pièce essentielle de la mêlée tricolore, le Catalan a fait défaut, contre les All Blacks notamment. Il est attendu comme le messie samedi, bien qu'il s'en défende : "Dire que je suis un sauveur, cela voudrait dire que Luc Ducalcon n'a pas fait ce qu'il fallait. Il a fait tous les matchs et n'est pas dans les 22... La mêlée, c'est collectivement que ça se joue. Une individualité ne peut rien y changer."


Marc Lièvremont attend de son joueur – considéré comme l'un des meilleurs droitiers de la planète - qu'il cale la mêlée tricolore malgré son manque de rythme : "Nicolas est compétitif, il a repris en fin de semaine. Il a pu accélérer même s'il n'a pas fait de mêlée ou n'a pas plaqué depuis trois semaines. Je compte sur la qualité de ce joueur d'expérience pour dépasser sa forme physique."


L'adversaire idéal pour Harinordoquy


Imanol Harinordoquy, lui, sera précieux dans le secteur aérien. Patron de la touche tricolore avec Julien Bonnaire, il apportera son savoir-faire dans ce secteur et sous les renvois. "C'est un joueur important en touche, en défense mais aussi dans l'état d'esprit", affirme son coéquipier au BO, Dimitri Yachvili. Il est vrai qu'Harinordoquy n'est pas seulement attendu dans le jeu, Marc Lièvremont compte aussi sur lui pour assumer un peu plus son statut de cadre : " On voit la fragilité qu'il y a au sein de l'effectif et son expérience doit permettre d'aller de l'avant, surtout dans un match à fort enjeu et face à une adversaire qu'il apprécie tout particulièrement d'affronter."


Le Basque n'a en effet jamais caché son inimitié pour les joueurs du XV de la Rose... "La motivation est toute trouvée puisque nous allons affronter les Anglais, a-t-il répété mardi. Je les ai encore en travers de la gorge... Quand je pense à eux, je pense à 2003 et 2007 (défaites en demi-finales de Coupes du monde, ndlr). L'Angleterre, c'est l'adversaire idéal pour nous."


Nicolas Mas et Imanol Harinordoquy, qui totalisent 120 sélections à eux deux, joueront l'un des matchs les plus importants de leur carrière, samedi (à 9h30). Tout le monde les attend à leur meilleur niveau, celui que les Français n'ont jamais montré depuis le début du Mondial.


Vidéos associées

News associées