Mas: "Personne ne mise sur nous"

Mas: "Personne ne mise sur nous"
Le pilier droit des Bleus, qui avait vécu un Mondial 2007 au rabais, savoure sa titularisation. Quant aux Japonais, il les prend très au sérieux. Pas question, pour Nicolas Mas, de nourrir le moindre complexe de supériorité. Pour le Catalan, la France a aussi des choses à prouver aux sceptiques.

Etait-il important pour vous d'être titulaire pour ce premier match de la Coupe du monde face au Japon ?


Nicolas Mas: La Coupe du monde, c'est un moment exceptionnel. Alors, oui, débuter en tant que titulaire, c'est quelque chose d'important. La compétition que j'ai connue en 2007 a été tellement différente pour moi. Là, cela n'a rien à voir. J'ai effectué toute la préparation avec le groupe. J'ai vécu avec les autres. Je ne vis pas du tout la même Coupe du monde, c'est incomparable.


Les choix de Marc Lièvremont étaient très attendus. Comment le groupe a-t-il vécu l'annonce de l'équipe ?


N.M: Cela a créé un petit blanc (sic). Vingt-trois gars ont été retenus et je sais ce que vivent ceux qui ne l'ont pas été. C'est très dur. En 2007, j'ai connu cette situation-là. Pendant que les joueurs choisis préparent le match, toi, tu fais du physique. Le plus dur à gérer dans un groupe, ce sont ces moments-là. J'ai beaucoup parler de tout ça avec Guilhem (Guirado)...


Vous évoluerez samedi aux côtés de Barcella et Servat, deux joueurs en quête de rythme et de compétition. En quoi cela peut-il pénaliser la première ligne des Bleus ?


N.M: William revient après sa blessure au genou et je ne m'inquiète pas pour lui. Fabien a joué quarante minutes à Dublin. Nous allons rapidement devoir retrouver des sensations ensemble, sur les automatismes, les liaisons. Il y a un peu de stress par rapport à cela, d'autant qu'il me semble que nous n'avons plus joué ensemble depuis la victoire contre l'Afrique du Sud à Toulouse fin 2009. Mais nous avons déjà bien travaillé ensemble mardi matin lors de la séance de mêlées sur joug et en opposition.


Y a-t-il l'envie, au sein du groupe France, de frapper très fort dès ce premier match ?


N.M: Avant de marquer les esprits, nous avons besoin de nous rassurer nous-mêmes. Personne ne mise trop sur nous dans cette Coupe du monde mais nous voulons prouver des choses. Avant un premier match, il y a toujours de l'appréhension, même contre le Japon. Je le considère comme un vrai match piège. Il ne faudrait pas faire une bêtise. C'est le genre de match qui, si tu ne l'abordes pas comme il faut, peut très bien te mettre le doute, te faire gamberger pour la suite de la compétition.


Que savez-vous au juste des Japonais ?


N.M: Ils sont entraînés par Kirwan, ils ont gagné la coupe du Pacifique en montrant des choses intéressantes dans le jeu. C'est à peu près tout. Mais ce n'est pas mon genre de sous-estimer l'adversaire...


Vidéos associées

News associées