Petits bruits de Takapuna

Petits bruits de Takapuna
Tout au long du Mondial, notre site vous proposera chaque jeudi d'entrer dans les coulisses du XV de France et de vous livrer quelques anecdotes de la semaine écoulée. De l'hôtel des Bleus, à leur terrain d'entraînement en passant par les unes de la presse, les petites histoires ne manquent pas.

Mardi, 12h00, hôtel des Bleus. Le replacement de Maxime Médard à l'arrière pour le match face aux Tonga fait partie des principaux sujets de discussion depuis l'annonce du XV de départ, quatre heures plus tôt, par Marc Lièvremont. Alors quand le Toulousain se présente face à la presse, les questions fusent. Assez rapidement, celle des problèmes rencontrés par les Bleus en défense face aux All Blacks viennent sur le tapis. Médard assume sa part de responsabilités : "J'aime défendre mais parfois je me fais "prendre", comme le week-end dernier..." Un confrère le relance alors sur le doublé de Cory Jane, son opposant direct. "Oui, c'était de ma faute. Merci de me le rappeler ! Je ne vais pas dormir ce soir encore...", sourit le joueur, les yeux, c'est vrai, un peu cernés.


Mardi, 16h30, Takapuna Rugby Football Club. Comme chaque mardi, les Bleus s'entraînent en public à Takapuna. Et comme chaque mardi, un peu plus de deux cent personnes sont présentes. Parmi elles, se trouvent les familles des joueurs. Alors que leurs papas travaillent sur le terrain, les jumeaux d'Aurélien Rougerie, Mathis et Louanne, s'associent à l'aîné, Hugo Szarzewski, pour défier les Néo-Zélandais dans un petit match improvisé. Le fils du talonneur parisien, convié par son père, rejoint ensuite les enfants des écoles de rugby avoisinantes pour une petite partie dirigée par les joueurs de l'équipe de France. Parmi tous les gamins vêtus aux couleurs de leur club, le petit "frenchy" détonne avec son jean et ses longs cheveux blonds. Il finira par marquer un bel essai. La relève est assurée !


Mercredi, 12h30, hôtel des Bleus. Compte tenu des difficultés rencontrées par ses joueurs face à la Nouvelle-Zélande (cinq essais encaissés, huit depuis le début de la compétition), l'entraîneur de la défense tricolore David Ellis est très attendu en conférence de presse. Après s'être longuement expliqué sur les carences de son équipe, le technicien est questionné par un confrère sur la performance de "nos amis anglais" face à la Géorgie la semaine précédente. Réponse pleine d'humour de l'ancien Treiziste au sujet de ses compatriotes : "Des amis anglais ? Mais je n'ai pas d'amis anglais moi !", lance-t-il dans un sourire. So british !


Jeudi, 8 heures, hôtel des Bleus. Après avoir créé une vive polémique la semaine dernière en qualifiant d'équipe B le XV de départ choisi par Marc Lièvremont pour affronter les All Blacks, le New Zealand Herald récidive. Dans son édition de jeudi, le quotidien d'Auckland publie sur une demi-page une photo de Julien Bonnaire au sol avec Richie McCaw. Le Français a une main sur le visage du capitaine néo-zélandais et l'angle de la photo suggère une fourchette (pas effective toutefois, le Clermontois n'ayant pas les doigts dans les yeux de son adversaire). En gros titre, "We're too clean, claim French", ce qui signifie : "Nous sommes trop propres, clament les Français". Le journal détourne en fait le sens d'une phrase de David Ellis, qui reprochait à ses joueurs d'être "trop propres autour des rucks." Les Bleus, en tout cas, commencent à être fatigués de ce traitement "de faveur" qui leur est réservé. "Ça fait deux semaines qu’ils font tout pour faire du buzz avec les Français", déplore Pascal Papé tandis qu'Aurélien Rougerie compare le quotidien à "Gala ou Voici". On n'ose imaginer ce qui se passera si les Français devaient retrouver les All Blacks en finale le 23 octobre prochain...


Vidéos associées

News associées