Poux et Guirado brouillent les cartes

Poux et Guirado brouillent les cartes
Si tout n'a pas été parfait samedi soir contre l'Irlande, l'équipe de France a rassuré sur certains secteurs. La conquête a, une nouvelle fois, été l'un des socles de la victoire tricolore. La première ligne a notamment fourni un gros travail et certains ont su saisir leur chance...

Au sortir de la rencontre face aux Irlandais, l'équipe de France n'a pas levé toutes les interrogations sur son jeu. C'est une évidence. Mais elle a aussi apporté quelques certitudes. Au niveau de la conquête par exemple. Dominateur en touche en première période et sauvé par sa mêlée en toute fin de match, le XV de France a rendu une copie très propre dans ce secteur.

La première ligne, notamment, a marqué les esprits. Et dans cette première ligne, deux joueurs qu'on n'attendait pas forcément ont tiré leur épingle du jeu. Jean-Baptiste Poux et Guilhem Guirado, entrés à la 55e minute de jeu, ne sont pas pour rien dans le réveil tricolore en fin de rencontre. Interrogé sur cette première ligne, Marc Lièvremont n'a pas manqué de les citer: "Les joueurs ont fait un bon match. Notre mêlée a été dominatrice. On a vu la première ligne mettre vraiment beaucoup de coeur dans le jeu, en défense, avec Dimitri (Yachvili) en fer de lance. Et puis, il y a eu l'entrée très intéressante de Brad, je veux dire Jean-Baptiste Poux, et Guilhem Guirado."


Neuf pour sept places


"Brad", surnommé ainsi en raison d'un blouson en cuir, a beaucoup apporté, en mêlée fermée notamment. S'il a commis un en-avant à la 65e, il a immédiatement pris le dessus face à ses adversaires directs, Ross et Healy. C'est lui qui l'a poussé à la faute et a obtenu une pénalité sur une mêlée irlandaise à cinq mètres de l'en-but tricolore à la 78e. A la sortie des vestiaires, le pilier toulousain jugeait sa performance "correcte. Ça aurait été mieux si je n'avais pas fait cet en-avant. Ce n'était pas idéal pour entrer dans le match." Invité surprise de la liste des trente alors qu'il comptait seulement huit sélections sous l'ère Lièvremont, il a su saisir sa chance samedi soir. Guirado aussi, alors même que la sélection de deux ou trois talonneurs pour le Mondial n'est pas arrêtée. Toujours aussi mobile et engagé en défense, le talonneur perpignanais n'a pas péché dans les lancers en touche, son point faible. Et il a apporté beaucoup de dynamisme lors de son entrée en jeu.


De quoi brouiller un peu plus les cartes à dix jours de l'annonce finale de la liste des trente joueurs qui partiront en Nouvelle-Zélande... En conférence de presse vendredi, Marc Lièvremont avait affirmé avoir "en partie" fait son choix concernant la première ligne. A nouveau interrogé là-dessus dimanche, il n'a pas caché sa gêne: "Je n'ai pas trop envie d'aborder ce sujet sensible et douloureux. Sur ce match, les cinq premières lignes s'y sont "filés". C'est à l'image de ce qu'ils ont fait durant toute la préparation. Ils auraient pu y aller à l'économie, essayer de se gérer et se regarder les uns les autres. Mais non. Il y a une belle entraide entre eux." Les bonnes performances de Poux et Guirado, mais aussi de Marconnet, Szarzewski et Ducalcon, ne vont pas lui faciliter la tâche en effet. D'autant que Barcella sera lui aussi utilisé à Dublin, même si Poux pourrait débuter le match. Servat, de son côté, n'est pas sûr de pouvoir être aligné mais son cas est loin d'être le plus épineux...


News associées