Quelles sont les danses guerrières d’avant-match des îles du Pacifique ?

Quelles sont les danses guerrières d’avant-match des îles du Pacifique ?
On les voit entre les hymnes et le coup d’envoi, souvent qualifiées injustement de « haka », chaque île du pacifique possède une danse guerrière spécifique.

Le Haka néo-zélandais

Déclinée en deux versions, c’est la plus connue des danses guerrières et celle dont on prononce le plus le nom à tort. Les All-Blacks peuvent exécuter le « Ka-Mate » la version la plus « pacifique » de leurs danses guerrières qui dépasse le monde du rugby et peut être reconnu dans le monde entier. La danse existe depuis le XIXe siècle mais les Blacks l’utilisent depuis 1905. Cette chorégraphie était également utilisée par les armées néo-zélandaises pendant la 2e guerre mondiale. Au fil du temps, de nouvelles variantes ont été ajoutées dont le « Kapa O Pango », une version jugée plus agressive.

Paroles du Ka Mate : Frappez des mains sur les cuisses, que vos poitrines soufflent. Pliez les genoux, laissez vos hanches suivre le rythme, frappez des pieds aussi fort que vous pouvez. C’est la mort, c’est la mort ! C’est la vie, c’est la vie ! Voici l’homme chevelu qui est allé chercher le soleil et l’a fait briller à nouveau ! Un pas vers le haut, un autre pas vers le haut ! Le soleil brille !

Le Cibi fidjien

C’est tout simplement une danse inventée pour faire face au haka des All-Blacks. En 1939, au moment de se rendre en tournée en Nouvelle-Zélande, les Fidjiens décidèrent de se confronter au « ka mate » et les cris de guerre du Cibi sont nés. C’est un chef traditionnel qui enseigna la chorégraphie à l’équipe. Depuis, le Cibi n’a jamais disparu des avant-matches des Fidji.

Paroles : Je me plante devant toi. Oui ! Oui ! Oui ! Je me plante devant toi. Oui ! Oui ! Oui ! Regarde-moi, regarde-moi ! Je tourne l’arbre pour le déraciner, c’est difficile mais ça y est. L’arbre est sorti de terre, regarde, je suis plus fort que l’arbre.

Le Sipi Tau tongien

Le Sipi Tau est en fait une version du Kailao, une danse utilisée dans les îles Fidji mais aussi à Wallis-et-Futuna. Celle utilisée par les Tongiens s’appelle le Sipi Tau depuis 1994. Elle a été adoptée après une tournée victorieuse des tongiens en Nouvelle-Zélande.

Paroles : Je vais parler au monde entier. L’aigle de mer est mort de faim. Que l’étranger et le visiteur soient avertis. Aujourd’hui, partout, je suis le démolisseur d’âmes. Des demis jusqu’aux arrières, je ne suis plus un être humain. La victoire ou la mort, voilà ma volonté. Pour le Tonga, je donnerai tout.

Le Siva Tau samoan

L’exécution du Siva Tau laisse pantois. On a plus l’impression d’assister à un chant choral qu’à une danse guerrière. Mais, méfiez-vous des apparences car sous ces airs gentils, c’est le chant traditionnel le plus guerrier parmi les quatre cités ici.

Paroles : Guerriers de Samoa, que votre mission réussisse. Guerriers de Samoa, je suis fin prêt. Il n’y a nulle autre équipe, nulle part, je suis prêt, complètement préparé. Ma force est à son comble, poussez-vous, écartez-vous, car ce guerrier est unique. Le guerrier samoan, le guerrier samoan règne au Samoa !

News associées