Rougerie : "Je n’ai jamais douté"

Rougerie : "Je n’ai jamais douté"
Cela a été l’une des informations de la semaine au CNR de Marcoussis. Le centre clermontois Aurélien Rougerie a repris complètement l’entraînement avec ses partenaires. Sa rééducation est terminée. Son pari en passe d’être gagné. Il pourrait même être présent face à l'Irlande en match de préparation

Au vu des entraînements de cette semaine, votre blessure n’est plus qu’un mauvais souvenir ?


Aurélien ROUGERIE: Oh, attention, les douleurs sont là pour me rappeler ma fracture de la malléole. Maintenant, c’est vrai que tout se passe bien. L’articulation réagit très bien, et je suis redevenu un coéquipier comme les autres. Enfin presque parce que je vois qu’il me manque du physique. Quand j’accélère, je vois bien qu’il me manque de la vitesse. Je vais beaucoup moins vite que les autres.


Mais pouvoir participer aux séances avec opposition doit faire du bien à la tête ?


A.R: Oui, c’est vrai. Maintenant, tout n’est pas gagné. Je préfère rester prudent. Je suis en avance sur les temps de passage, mais sous prétexte que j’ai repris, il ne faut pas faire n’importe quoi. Pour participer aux entraînements, je dois être strappé et puis le soir, on glace ma cheville pour empêcher qu’elle gonfle. Donc restons encore mesuré dans les commentaires.


C’est à dire ?


A.R: Pour moi les deux matchs amicaux n’ont jamais été un objectif. Le but c’est de participer à celui que s’est fixé le groupe en Nouvelle-Zélande. Pour le premier test à Bordeaux, si les coachs font appel à moi, je ne dirai pas non, mais il y aura discussion avec le staff, mais aussi les chirurgiens et le docteur. Je le répète, maintenant, pas question de se précipiter.


Votre guérison paraît presque miraculeuse...


A.R: Les kinésithérapeutes de Saint-Raphaël ont fait de l’excellent boulot. Il mérite un immense coup de chapeau. Dès le départ, ils ont mis en place un protocole pour que je puisse postuler au Mondial.


Avez-vous eu peur de ne pas en être ?


A.R: Non. Je n’ai jamais douté. Et ce n’est pas de la démagogie. Une fois le choc de la blessure passé, dans ma tête j’ai basculé sur l’objectif. Après, il n’y avait plus qu’à travailler. Le fait d’avoir été déjà blessé pour de longues durées m’a aidé psychologiquement si bien que le moral a toujours été bon. Et puis, l’évolution positive de ma cheville m’a aussi permis d’avancer dans le bon sens.


Le fait d’être avec votre compère de club, Thomas Domingo, dans la même galère aussi vous-a-t-il aidé ?


A.R: Pendant trois mois, on a vécu 24 heures sur 24 ensemble. Mais bon, non, nous ne discutions pas trop de l’état de nos blessures. On s’interrogeait parfois sur notre état de santé, mais chacun vivait sa rééducation dans son coin.


Vidéos associées

Ici tout commence du 13 mai 2022 - Episode 399
28m
Replay - Vendredi 13/05/22 - 18:30
Demain nous appartient du 13 mai 2022 - Episode 1185
29m
Replay - Vendredi 13/05/22 - 19:10
The Voice 2022 - Demi-finale du 14 mai 2022 - Partie 1
1h01
Replay - Samedi 14/05/22 - 21:10
HPI - S02 E02 - Chelou / Pas chelou
55m
Replay - Jeudi 12/05/22 - 22:05
44m
Replay - Vendredi 13/05/22 - 18:56
1h02
Replay - Samedi 14/05/22 - 22:25
35m
Nouveau
Replay - Lundi 16/05/22 - 11:00
52m
Replay - Jeudi 12/05/22 - 21:10
43m
Replay - Samedi 14/05/22 - 23:35
29m
Replay - Jeudi 12/05/22 - 18:30
2m49
Extrait - Lundi 16/05/22 - 08:00
29m
Replay - Jeudi 12/05/22 - 19:10
53m
Replay - Jeudi 12/05/22 - 23:20
3m01
Exclu - Samedi 14/05/22 - 08:00
42m
Replay - Jeudi 12/05/22 - 18:57
3J
40m
Replay - Mercredi 11/05/22 - 21:55
1m33
Extrait - Lundi 16/05/22 - 08:00
44m

News associées