Y croire ou pas ?

Y croire ou pas ?
Dans leur position favorite, celle de l'outsider, les Bleus souhaitent se libérer face à des All Blacks (10h30) qui évolueront le couteau entre les dents. Le XV de France comptera sur un contexte moins pesant pour se décomplexer. Sébastien Chabal est notre invité pour commenter le match avec vous.

Il y a d'abord le raccourci facile : pour cet affrontement, Graham Henry a aligné son équipe-type, tandis que Marc Lièvremont a aligné sa meilleure équipe "du moment". Un choix que les média néo-zélandais ne se sont pas privés de souligner, de critiquer, quitte à tomber dans un excès finalement compréhensible. Imaginez donc : pour des All Blacks en quête de titre et de rédemption, une défaite en poule face à leurs vainqueurs de 1999 et 2007, une défaite serait ni plus ni moins qu'une catastrophe. Alors, face à une France dite "B"...


A ce titre, Marc Lièvremont a parfaitement réussi dans sa première mission, à savoir perturber les All Blacks avant le coup d'envoi. Suffisant pour envisager une victoire ? Certainement pas. Mais en exposant ses joueurs aux diatribes et autres gémonies de la presse néo-zélandaise, le sélectionneur tricolore a donné aux siens des raisons supplémentaires de se transcender. "Les statistiques entre nos deux nations restent largement en faveur de la Nouvelle-Zélande. Cela demeure toujours un exploit des les battre, l'est d'autant plus dans le contexte actuel, et plus encore si l'on compare les deux premiers matchs des deux équipes qui seront opposées samedi."


Rien à perdre


Il est vrai que, pendant que les Blacks se baladaient sur leurs deux premiers rendez-vous,, les Bleus ont connu deux prestations plus mitigées. La faute à un statut de favori entraînant une certaine tension, dont Marc Lièvremont espère qu'elle s'estompera ce week-end. "Les joueurs se sont montrés particulièrement maladroits lors des deux premiers matchs. Ça a haché nos prestations et entraîné de l'inconstance, et un manque de confiance. Depuis un an, on ne peut pas dire qu'on évolue dans un climat de confiance qui permette de se lâcher. J'espère que le contexte du match, qui fait qu'on n'a rien à perdre, va permettre aux joueurs de se libérer."


"Suicidaire de leur rendre tous les ballons au pied"


Il s'agit là, en réalité, d'une clé du match. Les Bleus vont-ils chercher à imposer leur jeu, ou se contenter d'occuper le terrain et de bien défendre, comme voilà quatre ans ? Sans vouloir entrer -légitimement- dans les détails, Marc Lièvremont lève un coin du voile. "Ils ont une défense très hermétique, font beaucoup confiance à leur paquet d'avants extrêmement mobile et agressif. Ils sont denses autour des rucks, bien organisés un peu partout sur le terrain. Mais ce qui serait surtout suicidaire serait de leur rendre tous les ballons au pied. On sait que les All Blacks s'en nourrissent et qu'ils excellent dans les contre-attaques. Il va donc bien falloir les jouer." Mais où ? Notre petit doigt nous susurre que Dan Carter, qui a de manière surprenante manqué beaucoup de plaquages contre le Tonga, pourrait dans un premier temps constituer une cible idéale...


News associées