Danse avec les stars : Le journal de bord d'Artus : "J'ai besoin de m'amuser dans tout ce que je fais "

Voir le site Danse avec les stars

Une Rumba pour Artus et Marie Denigot sur « La Solitudine » (Laura Pausini)
Par Chloe Manseau|Ecrit pour TF1|2016-10-27T07:00:21.399Z, mis à jour 2016-10-28T14:18:38.890Z

Vous le savez, chaque semaine, MYTF1 vous plonge au cœur des répétitions de Danse avec les stars avec le journal de bord d'un des candidats. Artus s'est prêté à l'exercice.

"Je fais le pitre mais je fais ce qu’on me demande"

J’ai besoin de m’amuser dans tout ce que je fais. Si je n’avais pas le droit à mon quart d’heure de folie et si je n’ai pas la notion d’amusement je ne ferais pas tout ça ! L’émission est un divertissement donc on peut se détendre et s’amuser,  j’en profite. Ce qui est énervant, c’est que qu’à l’école ou au collège, les professeurs avaient du mal à me supporter car j’étais insolent mais j’avais tout de même des bonnes notes. C’est un peu pareil ici. D’accord, je fais le pitre mais je fais ce qu’on me demande et j’essaye de le faire au mieux. Et comme j’assimile vite les pas, la chorégraphie rentre vite . Je sais faire la part des choses ! Je ne fais pas 5 heures de conneries, bien au contraire ! (rires)

Petite sœur et grand frère

Avec Marie on est très complémentaires tous les deux. Elle est très chorégraphique et moi j’aime apporter une histoire, une mise en scène. J’ai envie que nos danses racontent quelque chose donc je propose des choses. Je me dis ‘tiens, peut-être que les deux personnages peuvent faire ça, ça serait bien, on se complète. On est bien à l’écoute l’un de l’autre et ça matche bien. On a appris à se connaître, on passe plus de cinq heures par jour ensemble, donc forcément, ça rapproche. Elle vient de débarquer à Paris, elle ne connaît rien donc j’en profite pour lui faire découvrir la ville. Les liens se tissent et se créent très rapidement. On a un rapport de petite sœur et de grand frère, ce qui est très agréable

La partenaire idéale

Moi c’est ce que je voulais en démarrant : un petit gabarit pour pouvoir justement jouer de cet avantage et la puissance que j’ai avec le petit poids de ma partenaire. On s’entraîne sur des portés plutôt beaux et impressionnants donc c’est assez cool. Je m’attendais à plus souffrir physiquement mais il faut croire que non ! Je suis un gros endurant (rires).



en savoir plus : Artus, Marie Denigot