Dans l'actualité récente

Emma, Almost Human et Humans : trois regards sur l'intelligence artificielle

Voir le site Emma

EMMA preview (5)
Par Nicolas SCHIAVI|Ecrit pour TF1|2016-10-05T14:40:03.906Z, mis à jour 2016-10-05T14:41:20.083Z

Jeudi soir, vous pourrez découvrir Emma, nouvelle fiction TF1 où l’héroïne est un androïde. Tout comme dans Almost Human et Humans, diffusé sur HD1. L'heure est à l'intelligence artificielle.

La rentrée sera SF ou ne sera pas. En diffusant à la fois Emma, Almost Human et Humans, le groupe TF1 se met à l'heure de la science-fiction et propose trois séries pour autant de points de vue sur l'intelligence artificielle. Les robots suscitent à la fois l'engouement et la crainte du grand public, interrogeant les citoyens sur leur propre humanité. Regards croisés sur trois fictions qui soulèvent des questions cruciales.

Emma et Almost Human, au service de la police

Dans Emma (à découvrir demain à 20h55 sur TF1 et MYTF1), Solène Hébert incarne Emma Faure, une nouvelle stagiaire du groupe dirigé par le commandant Fred Vitulo (Patrick Ridremont) à la DPJ de Versailles. La jeune femme n'en finit plus d'étonner son équipe grâce à ses capacités cognitives hors normes et son étrange comportement. Et son chef va bientôt découvrir qu'Emma est à l'origine d'une expérience secrète. C'est en montrant les premiers pas de la nouvelle recrue au sein de la police que les créateurs de la série (Manon Dillys et Sébastien Le Délézir) dévoilent au fur et à mesure l'identité réelle du personnage.

Androïde de son état, Emma a été conçu pour aider la police à combattre le crime et à protéger ses collègues sur le terrain. En plaçant le récit à une époque proche de la nôtre, les scénaristes interrogent le public sur l'empathie qu'il peut construire avec une machine et ce qui nous rend humain : les souvenirs. La mythologie mise en place devrait permettre d'en savoir plus sur le passé du personnage et les origines de sa création.

Almost Human se différencie en prenant place en 2048, dans un Los Angeles rongé par la haute technologie. L'inspecteur John Kennex (Karl Urban), qui sort d'un coma long de dix-sept mois, se voit assigner Dorian (Michael Ealy), un modèle spécial, et pour cause : lui arrive à éprouver des émotions.

Plus sombre et plus porté sur l'action, la série d'anticipation lorgne vers la dystopie sans perdre pour autant ses moments d'humour. Comme dans Emma, le show fonctionne avant tout grâce à son duo humain/androïde, chacun s'attachant à l'autre par la force des choses. La série créée par J.H. Wyman questionne les téléspectateurs sur les dangers d'une intelligence artificielle qui dépasserait l'homme. En progressant dans l'analyse de ses émotions et en apprenant qui il pourrait être, Dorian devient le miroir de son co-équipier humain, une projection robotique de ses forces et de ses faiblesses. Au final, n'essaye-t-on pas d'imiter ceux qu'on admire et qu'on aime ?

Humans, quand la technologie dérape

"Avez-vous besoin d'un peu d'aide à la maison ? Voici le premier androïde conçu pour un usage familial. Il fera tout pour vous servir et pas seulement le petit-déjeuner au lit. Pensez à tout ce que vous pourriez accomplir si vous aviez quelqu'un ou quelque chose d'aussi utile chez vous" prévient le générique de Humans. La série met en scène des Synth, robots ultra-développés qui s'installent chez vous pour vous aider au quotidien. Dans cet univers où l'ordre semble régner, certains Synth commencent à agir étrangement, voire à commettre l'irréparable.

Humans crée une déferlante d'interrogations sur l'intelligence artificielle. Ici, il n'est plus question d'aider la police. Les androïdes sont chez nous pour nous servir, quelquefois au-delà de leur mission première. Font-ils partie de la famille ? Peut-on s'en débarrasser comme d'un grille-pain usagé quand il commence a donné des signes de dysfonctionnement ? Censés aider les familles, les Synth deviennent l'objet de toutes les disputes, de toutes les craintes et de tous les fantasmes. Les humains ont bien du mal à accepter l'existence de ces machines conscientes qui leur ressemblent.

Emma, Almost Human et Humans sont à découvrir sur TF1, HD1 et MYTF1. Et pour aller toujours plus loin dans cette thématique, découvrez A.I. SHA My Virtual Girlfrined, une web série indienne produite par Arre et disponible sur XTRA. Faites la connaissance d'Aisha, une humanoïde à la fois jolie et pleine de personnalité qui va faire la joie de son concepteur Sam... Pour un temps. Car si nous fantasmons tous sur l'intelligence artificielle, que faire lorsque ces créatures dotées de leur propre capacité de réflexion et d'action échappent à notre contrôle ?