Convocation de Lucas Hernandez : Didier Deschamps répond à Rummenigge

Ce lundi, en conférence de presse, Didier Deschamps est revenu sur le communiqué du président du Bayern Munich, "irrité" par la convocation de Lucas Hernandez chez les Bleus.

A la suite du communiqué de Karl-Heinz Rummenigge, le président du Bayern Munich, se disant "irrité" par la convocation de Lucas Hernandez en équipe de France pour affronter l'Islande (le 11 octobre) et la Turquie (le 14 octobre), Didier Deschamps a tenu à clarifier la situation lors de la conférence de presse des Bleus.

Le sélectionneur des Bleus ne souhaite pas polémiquer : "Je ne suis pas là pour remettre en cause le médecin du Bayern. On connaît bien la situation. Après je ne sais pas, c'est dans la traduction peut-être que j'ai pu dire que je connais Lucas et c'était une image en disant qu'il pouvait jouer sur une jambe. Je ne compte pas faire jouer Lucas sur une jambe. Au dernier stage, je peux vous assurer qu'il voulait jouer le deuxième match contre Andorre. Mais je ne l'ai pas fait car il venait d'une longue indisponibilité et d'enchaîner deux matches en trois jours il y avait des risques. Je ne remets pas en cause, on sait très bien la situation.

J'ai échangé avec Lucas, il y a le ressentit du joueur. Je sais bien que l'intérêt du Bayern dans ce cas-là c'était on le fait bien travailler pendant la trêve internationale et puis il joue juste derrière. Mais nous on a deux matches très importants ! Et puis on ne joue pas aujourd'hui ou demain : on joue vendredi.

Le plus important c'est le ressenti du joueur. C'est toujours délicat car il y a le joueur au milieu et je ne veux pas le mettre en porte-à-faux car son employeur ce n'est pas la Fédération française, c'est le club qui rémunère les joueurs et à partir de là, entre les joueurs qui sont très attachés à l'équipe de France, et lui en fait partie, et le club, il ne faut pas de tiraillements. J'ai échangé avec Kovac, ils sont dans leurs droits."

Vidéos associées

News associées