Dans l'actualité récente

Equipe de France : Kingsley Coman a une vraie chance à saisir

Voir le site Equipe de France

Kingsley Coman avec les Bleus
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-08-31T13:51:37.744Z, mis à jour 2017-08-31T13:53:01.560Z

Alors qu'on n'avait plus vu Kingsley Coman sous la tunique des Bleus depuis la finale de l'Euro 2016, le joueur du Bayern Munich pourrait faire son grand retour dans le onze départ jeudi soir face aux Pays-Bas. Une belle opportunité s'offre à lui pour s'installer dans le couloir droit.

Neuf mois d'absence

Depuis sa dernière apparition chez les Bleus, lors de la finale de l'Euro face au Portugal (0-1 a.p.) Kingsley Coman a connu des moments difficiles. Peu utilisé par Carlo Ancelotti en Bundesliga (913 minutes disputées en tout) et touché par plusieurs problèmes physiques (une blessure à la cheville et à la cuisse notamment), le dragster de 21 ans n'a pas participé aux trois derniers rassemblements de l'Equipe de France. Mais l'ailier droit a bel et bien été appelé par Didier Deschamps pour disputer les matches face aux Pays-Bas puis face au Luxembourg, tous deux hyper importants. Il devrait même être titulaire, selon les dernières informations.



Une vraie carte à jouer

Didier Deschamps devrait une nouvelle fois faire confiance à son schéma en 4-4-2 avec un duo d'attaquants composé d'Antoine Griezmann et Olivier Giroud, très complémentaires. Sur les ailes, le sélectionneur doit faire face avec les absences de Dimitri Payet (reprise) et d'Ousmane Dembélé (à l'écart du groupe à Dortmund jusqu'à son transfert). A gauche, Thomas Lemar devrait être récompensé de son excellent début de saison avec l'AS Monaco. Sur la droite,  Kingsley Coman serait préféré à Florian Thauvin. C'est une belle marque de confiance envers le Munichois et aussi un signal envoyé par Deschamps. 


Coman joue gros

Il faut se souvenir qu'Ousmane Dembélé a été étincelant lors de la victoire de la France face à l'Angleterre en amical (il avait inscrit un but de la victoire après avoir été décisif sur un autre) en juin dernier. S'il n'était pas parti au bras de fer avec le Borussia Dortmund avant d'être transféré au FC Barcelone, tout du moins s'il avait continué de s'entraîner normalement, il aurait sans doute animé le flanc droit de l'attaque des Bleus. De fait, son absence profite à Kingsley Coman, qui a une vraie carte à jouer. A l'image de son équipe, il joue gros ce soir. Avec en ligne de mire, le Mondial dans 10 mois.