France-Pays-Bas : les cinq bonnes raisons de suivre le match

Voir le site Equipe de France

Euro 2016 : Au coeur des Bleus
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-08-31T09:44:48.655Z, mis à jour 2017-08-31T12:08:15.386Z

La France et les Pays-Bas s'affrontent ce jeudi soir dans le cadre des qualifications pour le prochain mondial. Entre des Bleus qui doutent et des Oranje revigorés, il y a de quoi vivre un match plein.

L'Equipe de France et les Pays-Bas s'affrontent dans le choc du groupe A des qualifications pour la Coupe du monde 2018. Pour les Bleus, qui doivent oublier la bévue en Suède, les enjeux sont nombreux et une défaite compliquerait leur parcours futur. Voici cinq bonnes raisons de suivre le match.

Parce que les Bleus vont vouloir se racheter

Le 9 juin dernier, les Bleus ont connu un couac en perdant face à la Suède sur une erreur d'Hugo Lloris alors qu'un point leur aurait suffit pour s'installer confortablement à la première place du groupe. Désormais deuxième à cause d'une différence de buts défavorable (+6 contre +8 pour les Suédois), la France n'a plus aucun droit à l'erreur. Face au Pays-Bas, les hommes de Didier Deschamps voudront sans aucun doute se racheter et prouver qu'ils méritent plus que jamais leur place au prochain Mondial.

Parce qu'une défaite serait préjudiciable

Si l'Equipe de France perd face aux Pays-Bas, alors elle serait rejointe par son bourreau au classement. Il lui passerait même devant à la faveur d'un meilleur goal average (les Hollandais sont à +7 avec 10 points à l'heure où nous écrivons ces lignes). Autant dire que la marge de manœuvre des finalistes malheureux de l'Euro 2016 est mince et qu'une victoire éviterait de tomber dans une fin de premier tour irrespirable avec trois équipes pour deux places, dont celle du barragiste. La France reste sur trois victoires de rang face aux Pays-Bas et elle serait bien inspirée de prolonger la série car même un nul n'arrangerait pas ses affaires.

Parce que, tant qu'à faire, les Bleus devront marquer beaucoup de buts

Dans l'hypothèse où la France et la Suède remportent leurs derniers matches, alors la première place, directement qualificative, se jouera à la différence de buts. Les Bleus, qui sont derrière, devront donc marquer beaucoup plus que les Suédois sachant qu'il leur reste trois matches sur quatre à jouer à la maison. Cela préfigure éventuellement une bonne dose de spectacle, soit tout ce qu'on veut quand on est fan de foot.

Parce que certains joueront gros

Les cadres d'hier ne seront pas forcément ceux de demain. Un constat qui vaut pour toutes les sélections vivant au rythme de rassemblements épisodiques, où personne ne peut vraiment prendre son temps. Ce jeudi soir, Didier Deschamps devrait aligner un quatuor offensif composé de Thomas Lemar, Kingsley Coman, Antoine Griezmann et Olivier Giroud. Alors que frappent à la porte Ousmane Dembélé (non retenu) et Kylian Mbappé (qui a vécu un été mouvementé), certains vont jouer gros. Ce sera notamment le cas d'Antoine Griezmann, moins décisif depuis son Euro 2016 brillant et expulsé pour son premier match de la saison avec l'Atlético Madrid. Olivier Giroud, devenu un joker de luxe chez les Gunners, sera lui aussi dans l'obligation de tenir son rang. Enfin, Kinglsey Coman bénéfice d'une sacrée chance, lui qui effectue son retour après trois rassemblements manqués et une saison compliquée.

Parce que les Pays-Bas ont retrouvé de l'ambition

Ce n'est peut-être plus les Pays-Bas de la Coupe du monde 2010 (finaliste) ou 2014 (demi-finaliste) mais la sélection Oranje a retrouvé des couleurs depuis l'arrivée de Dick Advocaat. Ce dernier vit son troisième mandat et, pour le moment, il n'a connu que la victoire. Il y a dès lors un élan d'optimisme chez les Néerlandais, qui n'ont pas abandonné l'idée de se qualifier pour le Mondial en Russie, même s'ils sont condamnés à créer l'exploit au Stade de France et à faire le plein dans les rencontres à suivre. Pour eux, c'est un peu quitte ou double, soit une motivation qui pourrait se traduire par une détermination sans faille face à des Bleus qui doutent. En prime, le virevoltant Robben , invaincu contre les Bleus, sera là.