En gagnant en Bulgarie, la France a fait un grand pas vers la Russie

Voir le site Equipe de France

La feinte puis la frappe de Mbappe
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-10-07T20:52:08.249Z, mis à jour 2017-10-08T06:47:10.503Z

L'Equipe de France est allée s'imposer difficilement en Bulgarie, sur la plus petite des marges. On ne retiendra rien du match mais l'essentiel est là.

L'Equipe de France a battu la Bulgarie sur la plus petite des marges. Un succès loin d'être flamboyant mais qui assure aux Bleus une place dans les barrages. S'ils récidivent mardi face à la Biélorussie, ils valideront leur bilet pour la Russie.

Matuidi a frappé

Il a beaucoup plu à Sofia et c'est une pelouse détrempée qui attendait les Français, lesquels devaient mettre fin à une sacrée malédiction : celle de n'avoir jamais gagné en Bulgarie en sept matches (une seule victoire en 1932, six défaites et un nul depuis). Les conditions n'étaient donc pas idéales pour vivre un spectacle plein et flamboyant et on ne retiendra pas grand-chose des 90 minutes proposées par les 22 acteurs. On se souviendra néanmoins du but de Blaise Matuidi. Et pas seulement parce que c'était le seul d'une soirée bien compliquée et marquée par la sortie sur blessure de N'Golo Kanté.

1-0, ça suffit

On ne jouait que la troisième minute quand Blaise Matuidi, qui s'est déjà mis toute la Serie A dans la poche, a surgi pour mettre le ballon au fond. C'était la première action du match, initiée par un centre de Lucas Digne puis une remise d'Antoine Griezmann. Excentré, le milieu de terrain s'est fendu d'une belle reprise du gauche pour ouvrir le score, mettant fin à une disette personnelle de 22 matches. Ce but aura permis aux Bleus de se donner de l'air dans un duel qui ne fut pas aussi irrespirable qu'escompté. Sauf, peut-être, quand Lloris a dû s'employer pour faire l'arrêt qu'il fallait après avoir mal bloqué un ballon à quelques minutes de la mi-temps. Ou comment une boulette s'est transformée en parade.

La France minimum barragiste

Didier Deschamps pourra difficilement tirer des enseignements positifs de ce match pas très beau, si ce n'est que son 4-3-3, préféré à l'habituel 4-4-2, n'a pas été étincelant offensivement. Le trio Mbappé-Griezmann-Lacazette n'a pas fonctionné et ne s'est jamais vraiment trouvé. Qu'importe, l'essentiel est là : les trois points obtenus à Sofia, où la Bulgarie restait sur quatre victoires de rang dans cette phase qualificative.

Comme la Suède a gagné (8-0 contre le Luxembourg), la France compte toujours un point d'avance sur le deuxième et reste maîtresse de son destin. Une victoire, mardi, face à la Biélorussie l'enverra directement en Russie. Un résultat négatif et ce sera les barrages. Autant dire qu'un grand pas a été effectué à Sofia. Il n'en manque plus qu'un.


Plus d'actualité