Kazakhstan - France : les choses à savoir sur le match

Tenue en échec par l'Ukraine (1-1), l'équipe de France doit s'imposer au Kazakhstan, dimanche (15h00 en direct sur TF1) pour lancer pour de bon sa campagne de qualifications.

Les 5 choses à savoir

Le match sera à suivre sur les antennes de TF1, et sur MYTF1, à 15h00, dimanche. Pourquoi un tel horaire ? Il y a un décalage de 5h avec Paris.

L'équipe de France va jouer pour la première fois de son histoire l'équipe du Kazakhstan. La nation d'Asie centrale a rejoint l'UEFA en 2002.

Le groupe France ne compte plus que 25 unités. Blessé aux ischio-jambiers de la cuisse gauche, N'Golo Kanté a quitté le rassemblement et n'a pas été remplacé.

Les Bleus évolueront à l'Astana Arena, un stade moderne, sorti de terre en 2009. Problème, ce sera sur une pelouse synthétique, surface devenue rare dans le football à cause des blessures. Disposant d'un toit amovible, le stade est l'antre du FK Astana, le club le plus titré du pays (6 titres de champion, 2014-2019). Astana a été aperçu en Ligue des champions lors de la saison 2015-2016, mais c'est surtout un client régulier de la phase de groupes de la Ligue Europa. Rennes s'était déplacé là-bas à l'automne 2018.

Le Kazakhstan dispose d'un groupe de 30 joueurs. Seuls huit joueurs évoluent en-dehors du championnat national (Arménie, Belgique, Biélorussie et Russie). Baktiyar Zaynutdinov, 22 ans (16 sélections), évolue dans le club le plus huppé : au CSKA Moscou. L'équipe référence de la dernière décennie, le FK Astana, ne compte plus qu'un seul joueur dans le groupe, Abzal Beisebekov (28 ans, 31 sélections). Le champion en titre, le FC Kairat, en compte 4. Le vice-champion, le FC Tobol, est le plus représenté avec 7 joueurs.

Le contexte

Après le raté, le rebond. Pas au mieux face à l'Ukraine (1-1), où elle est apparue fatiguée sur l'ensemble des 90 minutes, l'équipe de France se déplace au Kazakhstan avec la ferme intention de décrocher sa première victoire en éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

Cette deuxième sortie de la coupure internationale va surtout être un test pour les organismes. Les Bleus se sont envolés vers la capitale, Noursoultan, vendredi matin, sous les coups de 11h00, pour effectuer un long périple vers le continent asiatique. Ce voyage, justement, va durer 11h00. Pas une mince affaire, surtout au moment de préserver les organismes.

Il y aura beaucoup de changements dimanche à l'Astana Arena. Didier Deschamps l'a annoncé après le nul face à l'Ukraine : oui, il va faire tourner et beaucoup de cadres de la sélection ne joueront pas dimanche.

"Il y aura forcément une rotation importante car notre adversaire n'a pas joué et la Bosnie nous regardera à la TV avant de nous jouer. Autrement, je mets les joueurs en danger, je prends des risques (...) Je prendrai le temps mais on aura évidemment besoin de fraîcheur pour le match de dimanche", a précisé le sélectionneur au sujet de la rotation.

Les chiffres à savoir avec Opta

85 - Le Kazakhstan va devenir la 85e sélection différente affrontée par l’équipe de France
dans son histoire.

44 - Antoine Griezmann a pris part à chacune des 44 dernières rencontres de la France et
peut établir un nouveau record en la matière depuis l’après-guerre (co-détenteur pour
l’instant avec Patrick Vieira, 44 rencontres de suite entre octobre 1999 et octobre 2002).

6 - La France a gagné ses 6 derniers déplacements, sa meilleure série depuis septembre
2002-février 2004 (6 également). Les Bleus n’ont plus remporté 7 matches à l’extérieur
de rang depuis janvier 1990-octobre 1991 (7).


1 - L’équipe de France n’a encaissé qu’un seul but lors de ses 6 derniers déplacements
(contre la Croatie le 14 octobre 2020), après avoir concédé 5 buts lors de ses 3
précédents.

Ils ont dit


Adrien Rabiot, en conférence de presse (jeudi)

"Si ça n'a pas fonctionné face à l'Ukraine, c'est à cause de ce qu'on a mis nous sur le terrain. On aurait dû entrer dans le match avec plus de dynamisme et de rythme. Avec le potentiel qu'on a, on doit pouvoir s'adapter à tout."

Lucas Hernandez, en conférence de presse (jeudi)

"Face à l'Ukraine, il nous a manqué de la créativité, et de la mobilité, pour créer plus de danger. C'est ce qui nous attend dans ces éliminatoires. A nous de nous améliorer pour créer plus d'espaces et d'occasions. A nous de montrer qu'on est les champions du monde et qu'on veut gagner tout ce qui nous reste."

Vidéos associées

News associées