Du sérieux, de l’implication, de la confiance : la France a étrillé le Paraguay et donne rendez-vous à la Suède

Voir le site Equipe de France

Griezmann marque contre le Paraguay
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-06-02T21:08:22.164Z, mis à jour 2017-06-02T21:24:14.791Z

L'Équipe de France s'est appuyée sur une puissance collective inouïe pour étriller un Paraguay décevant 5 buts à 0. De bon augure pour le déplacement en Suède dans une semaine.

L’Équipe de France n’a fait qu’un pli du Paraguay au Roazhon Park (5-0). Une victoire qui fait énormément de bien à une semaine d’un match autrement plus important contre la Suède, car comptant pour les qualifications pour la Coupe du Monde 2018.

Giroud s’offre un triplé

On en demandait sans doute beaucoup à ces Bleus, après une défaite face à l’Espagne et au terme d’une saison épuisante pour certains. On sait qu’ils n’aiment pas trop les mois de juin des années impaires mais, vendredi soir, c’était visiblement l’exception qui confirmait la règle. Certes, ce n’était que le Paraguay, son ombre même peut-être, en face mais on a pu voir des Français appliqués et sérieux dès l’entame, récompensés par une ouverture du score rapide. Sur un superbe centre d’Ousmane Dembélé, Olivier Giroud a parfaitement placé son pied (6e). L’attaquant d’Arsenal s’est même offert un doublé dans la foulée, cette fois servi par un Dimitri Payet des grands soirs (13e). Et c’est quand on commençait à s’endormir qu’il a réveillé le stade sur une offrande de Lucas Digne (69e). « C’est toujours un plaisir de marquer quand on est attaquant, qui plus est pour l’Équipe de France » a confié Giroud, qui en est désormais à 26 buts sous le maillot des Bleus. Il faut remonter à l’année 2000 pour trouver la trace d’un triplé signé par un joueur de l’Équipe de France, Trezeguet à l’époque.

Tout le monde a été concerné

Olivier Giroud n’est pas le seul Français à avoir répondu présent face au Paraguay. Si la défense a été peu sollicitée, les attaquants n’ont pas manqué de générosité, bien aidés par des défenseurs latéraux peu avares en effort, Benjamin Mendy en tête. Il faut comprendre que tout le monde a été concerné ce vendredi soir, malgré une baisse d'intensité légitime entre la 30e minute et le troisième but de Giroud. Avant le coup de sifflet final, Moussa Sissoko (76e) et Antoine Griezmann (77e) se sont permis de rendre la facture encore plus salée pour le Paraguay. Deux autres réalisations qui permettent aux intéressés de se rassurer et de faire le plein de confiance à sept jours d’une rencontre déterminante.

Réjouissant

On pourra toujours dire que la France a joué toute seule au Roazhon Park, sauf que les Paraguayens ne sont pas à l’origine de l’excellent état d’esprit affiché par les hommes de Didier Deschamps. Alors qu’ils auraient pu tomber dans la facilité face à un adversaire aussi faible, ils ont surtout cherché à jouer collectivement en misant sur des combinaisons qui ont très souvent fonctionné. Et ils auront besoin de ces connexions à l’avenir. Le symbole de ce constat est sans aucun doute l’offrande d’Alexandre Lacazette pour Moussa Sissoko alors que personne ne lui en aurait voulu d’y aller seul. On a vu tout le monde, personne ne s'est blessé : c’est forcément positif pour la suite de l’aventure des Bleus.