A droite, Blanc met une double couche

Voir le site Euro 2012 de football

Mathieu Debuchy
Par Gil BAUDU (avec Maxime DUPUIS, à Donetsk)|Ecrit pour TF1|2012-06-23T17:31:27.000Z, mis à jour 2012-06-23T18:45:31.000Z

C'est officiel. La France se présente avec Debuchy et Réveillère face à l'Espagne. Pour bloquer Iniesta et vite se projeter vers l'avant.

Depuis le début de l'Euro, Andres Iniesta a des jambes. Ça n'a pas échappé à Laurent Blanc. Voilà pourquoi le sélectionneur de l'équipe de France a choisi de renforcer son couloir droit ce soir (20h54), face à l'Espagne. Pour ce quart de finale de l'Euro, les Bleus se présenteront dans une configuration a priori défensive, dictée par le prestige de l'adversaire. Nos confrères de la presse étrangère présents à Donetsk l'ont vite qualifiée de "catenaccio". Les desseins tricolores sont plus subtils. Si Mathieu Debuchy débutera juste devant Anthony Réveillère, c'est avant tout pour bloquer Iniesta. C'est aussi pour donner aux contres tricolores une vitesse d'exécution qui leur fait jusqu'ici défaut.

En alignant Debuchy ET Réveillère, Blanc abat une carte en apparence prudente. Audacieuse. Mais pas dénuée de sens. Voir le latéral lillois dans une position plus avancée qu'à l'accoutumée, au détriment des dribbleurs que sont Ménez, Nasri, Valbuena ou Ben Arfa, ne bradera pas toute velléité offensive. Sous le maillot du LOSC, Debuchy a déjà excellé dans ce rôle de milieu droit. Sir Alex Ferguson ne prétendra pas le contraire : en 2005, son Manchester United, battu 1-0 au Stade de France, avait pu constater les ravages causés par le Dogue.

4-3-2-1 ou 4-1-4-1 ?

En l'absence de Philippe Mexès, suspendu, Laurent Koscielny sera associé à Adil Rami, au sein d'une charnière centrale expérimentale. A gauche, Gaël Clichy relaie une fois encore Patrice Evra sur le banc. Comme face à l'Ukraine (2-0) et contre la Suède (0-2). Au milieu, Alou Diarra cède sa place de sentinelle à Yann M'Vila. Le Rennais sera épaulé par Yohan Cabaye et Florent Malouda. Le retour du Magpie est une bonne nouvelle pour un entrejeu en quête de "sureté technique". Malouda, lui, retrouve la place de titulaire qu'il occupait face à l'Angleterre (1-1).

Le onze aligné face à la Roja n'a pas encore levé tous ses mystères. Un ultime point d'interrogation subsiste : dans quel système évoluera l'équipe de France ce soir ? L'hypothèse du 4-3-3, qui semblait tenir la corde, a pris du plomb dans l'aile. La balance penche, a priori, pour un 4-3-2-1, voire un 4-1-4-1. Là encore, a priori.

A droite, Blanc met une double couche