Angleterre : le monde à l'envers

Voir le site Euro 2012 de football

L'Angleterre toute retournée
Par Benoît VITTEK|Ecrit pour TF1|2012-06-15T21:56:00.000Z, mis à jour 2012-06-16T13:49:27.000Z

Fébrile avant d'entamer la compétition, l'Angleterre poursuit son bon parcours dans l'Euro 2012. A défaut d'expérience, la jeune garde a fait parler talent et abnégation pour renverser la situation face à la Suède et conserver toutes ses chances de rejoindre les quarts de finale.

De la glorieuse incertitude du sport. Blessures en cascade, suspension de Wayne Rooney et changement d'entraîneur au dernier moment entre autres péripéties, la sélection anglaise s'avançait vers l'Euro en petite forme, poursuivie par le doute. Après deux journées, voilà pourtant les équipiers de Steven Gerrard à la tête d'un parcours sans faute, prêts à disputer à l'Ukraine une place en quart de finale. Privés de leur star offensive, les Anglais ont pu compter sur leurs jeunes loups pour retourner une situation particulièrement défavorable pour se sortir indemnes de leurs deux premiers matches.

Wayne Rooney suspendu, qui allait bien pouvoir assumer la tâche de porter l'attaque anglaise ? Après avoir associé Young à Welbeck face aux Bleus, Roy Hodgson a choisi d'ajouter Carroll pour peser sur la défense suédoise. Pari gagnant, le jeune attaquant exploitant rapidement sa première titularisation de l'Euro pour trouver le chemin des filets. Efficace, mais Carroll n'est pas le seul à avoir brillé. Son compère Welbeck a aussi marqué, d'une superbe talonnade qui a offert la victoire aux siens, et le supersub Walcott a tout fait après son entrée en jeu, avec un but et une passe décisive pour retourner une situation des plus délicates. "C'est toujours sympa de se lever du banc et de montrer ce que tu sais faire, savoure le joueur d'Arsenal, buteur après seulement trois touches de balle. Je me sentais affûté pendant l'échauffement. Faire ma première apparition dans une telle enceinte est quelque chose de spécial après avoir attendu tant de temps".

Pléthore d'options offensives

Après deux sorties, l'Angleterre amputée de deux de ses talents offensifs majeurs (Rooney et Lampard) compte donc quatre réalisations, avec trois jeunes attaquants qui ont trouvé le chemin des filets. "On sentait depuis le premier match qu'on voulait prendre les choses en mains et mettre trois buts, c'est génial", assure Walcott. Le pari était pourtant loin d'être gagné. Mais c'est désormais chose faite. De quoi offrir de multiples options offensives à Roy Hodgson, dont on imaginait l'équipe déplumée par une cascade de forfaits. Reste à inspirer à l'arrière-garde anglaise la même réussite, elle qui a encaissé trois buts en deux matches, avec deux grossières erreurs de marquage face à la Suède.

Quant au doute, il n'a pas assailli les Anglais lorsque la Suède a renversé la vapeur au retour des vestiaires. "Nous avons continué à y croire. Nous nous sommes tous remobilisés grâce à notre état d'esprit. Et même les remplaçants, lorsqu'ils rentrent ont une énorme confiance", se réjouit Welbeck. Portés par l'entrée décisive de Theo Walcott, les joueurs de Roy Hodgson auraient même pu aggraver le score si Isaksson ne s'était fendu de quelques prouesses. Remporter un match de l'Euro en étant mené, les Anglais n'y étaient parvenu qu'à une seule reprise, face à la Croatie en 2004 (2-4). C'était avec l'armada au complet.